ARCHITECTURE>>> Equipe Rogers Stirk Harbour & Partners : Armatures métropolitaines

Suite à l’article « Le Grand Pari(s) – Expo du 29 avril au 22 novembre 2009 » nous allons parler aujourd’hui de l’équipe Rogers Stirk Harbour & Partners.


Richard Rogers, architecte britannique, lauréat du Pritzker Price, gère un cabinet de 180 collaborateurs, dont 10 directeurs et 45 associés. RSHP compte quatre bureaux dans le monde (Londres, Madrid, Barcelone et Tokyo) . Richard Rogers compte parmi ses ouvrages le centre Georges Pompidou situé au cœur de Paris et la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg.

Fort de leurs expériences internationales, il s’attaque à l’avenir de Paris Métropole. Conscient de leur faiblesse au sujet de notre capitale, RSHP fait donc appel à des experts basés à Paris pour élucider les points complexes, analyser leurs hypothèses et corriger tout malentendu éventuel.
De cette coopération en est sorti un projet comportant dix points se regroupant sous le terme « Armatures métropolitaines ».

Un petit tour sur ces quelques points qui changera le visage urbain de Paris Métrople.

Construire Paris sur Paris :
RSHP considère la compacité comme la première règle de l’urbanisme contemporain. La proximité entraine l’efficacité, l’interactivité, l’échange. Cela contribue à un gain de temps, limitant les trajets des transports en commun, gain d’énergie, les pertes au niveau du réseau et l’empreinte écologique sont ainsi minimisés. Un rapprochement de la population, dynamisant les structures misent en place et apportant une diversité culturel.
Pour mettre en place ce principe il se base sur deux étapes. Premièrement, identifier et exploiter la capacité de mutation des terrains en friche (abandonné ou sous exploité). La deuxième consiste à renforcer une ceinture verte protégée qui définit clairement les frontières de la ville et qui sert à limiter son expansion sauvage.

Compléter le Réseau de Transport de la Métropole :
Il propose de compléter le réseau radio-centrique du transport en commun actuel par un autre réseau circonférentiel. Il relira ainsi les pôles et la population de la première couronne. Donnant par ce fait une liberté aux voyageurs qui ne seront plus obligés de passer par le centre et donc d’encombrer le réseau lors des heures de pointes. Les anneaux de ce réseau se multiplieront dans le temps pour accompagner la croissance et la densification de la métropole. Il mette un point d’or pour réaliser une liaison qui relira « La Defense » au réseau national et européen du TGV, renforçant et mettant en avant le rôle important de ce quartier d’affaires pour la Région (liaisons avec les aéroports et le TGV attlantique de paris). RSHP s’attaque aussi aux problème du transport individuel en évoquant
une série d’idées traitant de l’impact environnemental et du décongestionnement du réseau routier urbain. Enfin il cherche à intégrer le fret dans le réseau de transports en commun.

Créer un Paris Métropole Polycentrique :
RSHP part sur le principe d’un polycentrisme compact qui concentre la croissance sur les noeuds qui existent déjà au sein de la Petite Couronne. Reléguant la faiblesse de paris « intra-muros tout puissant » par une connectivité des pôles assurés par un système situés aux échangeurs clés d’un réseau de transport renforcé et équilibré par les liaisons circonférentielles proposées. Ces polycentres seront a la fois reliés au centre mais aussi avec les pôles avoisinants et les centres des régions. Proximité et mixité des nouveaux lieux de travail et de la vie urbaine. Chaque pôle aura tous les éléments nécessaires à une vie urbaine mais aussi une identité a part entière. Renforçant un sentiment d’appartenance à la fois local et métropolitain.
Paris ne se retrouvera pas ainsi diminué mais au contraire agrandi. Car il faut pas oublier que Paris dépend de la croissance et de la santé de sa périphérie.

Intégrer la Nature à la Métropole par un Réseau d’Espaces Ouverts :
Nous proposons une ceinture verte pour limiter l’expansion physique sauvage de la Métropole,
un réseau de couloirs écologiques reliant les espaces naturels importants de la Région ainsi que
des artères vertes qui mènent au centre de la ville et créent ainsi des connexions radiales entre le
centre et la périphérie. Dans Paris, la transformation des boulevards en voies vertes complétera ce
réseau d’espaces ouverts. Plus d’espace pour les piétons, cyclistes, voitures électriques. Des toitures vertes présentent etc. Tout cela permettra la diminution de l’empreinte environnemental de la métropole.

Investir dans le Dessin de Qualité :
La qualité de la conception et de l’exécution dans le dessin de l’environnement est d’une
importance fondamentale : elle détermine en dernière instance la réussite de l’urbain. Des espaces
publics bien conçus et bien entretenus doivent être au coeur de toute communauté. Ils forment les
fondements de l’intéraction publique et de l’intégration sociale.
Les quartiers des villes devraient être des lieux vivants, sûrs et beaux. Pas seulement dans un souci d’esthétique, mais aussi pour des raisons économiques.

En résumé l’équipe du RSHP se focalise tout particulièrement sur l’aspect environnemental du Grand Paris pour être véritablement durables, les villes doivent non seulement tenir compte de questions sociales et économiques mais également des questions environnementales .

© Photos 2007 Rogers Stirk Harbour + Partners

Pour plus de renseignement sur leurs projets voici des liens :

Livret chantier complet
Internet


Laisser un commentaire

Commentaires

2
| 2 juillet 2009
  1. Par Architecture, expositions, jean nouvel, Le grand paris, paris » Le Journal du Design |

    […] Rogers Stirk Harbour & Partners : Armatures métropolitaines […]

  2. Par neetejops |

    hmmm, great post