ARCHITECTURE >>> Equipe « Agence Grumbach & associés »

©Equipe « Agence Grumbach & associés »

Grand Prix de l’urbanisme, il dirige un cabinet de dix chefs de projet permanents (architectes et urbanistes).
Son agence intervient sur tous les domaines de l’architecture, de la programmation, de l’urbanisme et du paysage.



Sa contribution à la culture urbaine se focalise notamment sur la forme et le dessin de la ville en lien avec la mémoire collective. Antoine Grumbach accorde en outre beaucoup d’importance au rapport entre la forme des villes et celle des bâtiments.
Ses réalisations en témoignent : rénovation du quartier Mares et Cascades et plan d’aménagement Les Amandiers (20e arrondissement de Paris), station de métro Bibliothèque François-Mitterrand (ligne 14), réhabilitation de logements, etc.
Pour l’équipe d’Antoine Grumbach, « seule la grande échelle permet d’atteindre les objectifs de l’après-Kyoto ». D’où la proposition de l’agence d’étendre la métropole de façon non plus concentrique, mais linéaire, le long de la Seine jusqu’au Havre. En sont sortis quelques points dont nous allons faire le tour.

Un axe Paris, Rouen, Le Havre le long de la Seine :
La métropole parisienne, si elle veut rester dans le peloton restreint des métropoles de rang mondial au 21e siècle, doit se projeter dans la très grande échelle de la mondialisation. Pour l’équipe de Grumbach & associés cela passe par l’acquisition d’un port maritime, le Havre. Ainsi la métropole pourra jouer un rôle majeur et deviendra la connexion entre l’Europe et l’atlantique. Il propose aussi une alternance entre ville, nature et développement des villages ruraux en suivant le fleuve. L’aménagement de celle-ci avec des projets comme une « Seine université », un grand pôle touristique, un vaste parc naturel habité. Le parc s’étendant de Paris au Havre et sera constitué du parc du Vexin français au parc des Boucles de la Seine, en association à un nouveau parc du Vexin Normand.
Au niveau écologie il compte aménager les plateaux agricoles pour constituer la base d’une agriculture urbaine contribuant à l’auto suffisance alimentaire. Mais aussi essayer d’instaurer des bâtis produisant leurs propres énergies et privilégiant les énergies nouvelles.
Tout ceci favorisera la mise en place d’une agriculture de proximité et le développement des énergies vertes dans la vallée de la Seine.

Un maillage serré de transports :
Enfin, pour favoriser la mobilité, les systèmes de transports collectifs seront améliorés et associeront tous les déplacements, des plus rapides (projet de TGV Paris/Le Havre en une heure) aux plus lents (vélos). Il est possible d’imaginer un système souple contribuant par exemple à rendre collectifs les transports privés (taxis collectifs) et privés les transports collectifs. Réduire le temps de transport en commun à 20 minutes dans Paris même. Mieux déservir les banlieues à banlieue. Promouvoir le « transport doux » (vélo à pied) pour les distances courtes (école, achats, arrêts TC, lieux de sport et de loisirs…)
Ce système associera l’amélioration et l’utilisation plus courante des infrastructures des voie ferroviaires, routes, air et eau sur tout le territoire.

En résumé pour l’équipe d’Antoine Grumbach, « seule la grande échelle permet d’atteindre les objectifs de l’après-Kyoto ». D’où la proposition de l’agence d’étendre la métropole de façon non plus concentrique, mais linéaire, le long de la Seine jusqu’au Havre et d’installer toute une vie autour de cette axe fluvial.


©Equipe « Agence Grumbach & associés »

Pour plus de renseignement sur leurs projets voici des liens :
Livret chantier complet
Internet


Laisser un commentaire