Barbican Apartment à Londres, une rénovation intérieure inspirée du Japon par Takero Shimazaki Architects

L’appartement se trouve dans la Shakespeare Tower à Londres, l’un des trois gratte-ciel de Barbican Estate – un complexe de logements achevé par le cabinet d’architecture Chamberlin, Powell and Bon en 1976.

Ses deux propriétaires s’y sont installés après plusieurs années de vie au Japon, au cours desquelles ils ont acquis une connaissance extraordinaire de la culture et de la langue du pays. Ces liens étroits des clients avec le Japon ont influencé les intérieurs rénovés par Takero Shimazaki Architects. Le cabinet a travaillé pour atteindre un équilibre délicat entre l’esthétique japonaise et le style brutaliste du bâtiment.

«Pour notre inspiration, nous nous sommes tournés vers de nombreux architectes japonais modernistes, qui étaient aux prises avec des problèmes d’identité similaires lorsque le modernisme européen est entré au Japon à une vitesse rapide. Parmi ces architectes, nous avons trouvé le travail de Seiichi Shirai particulièrement complexe et intéressant. Shirai a vécu en Allemagne, étudiant initialement la philosophie. Plus tard, quand il est retourné au Japon, sa volonté était de travailler à la fois avec l’architecture japonaise traditionnelle et la langue classique européenne, mais visant à transcender les deux.», a déclaré le cabinet.

L’appartement a été parsemé d’un certain nombre de détails d’inspiration japonaise. À l’arrière de son espace de vie en forme de L se trouve un coin confortable qui a un sol bordé de tatamis pour compenser la « masse lourde » des murs de béton environnants. Une partie du revêtement de sol près de la porte d’entrée a été terminé en utilisant araidashi – une méthode artisanale traditionnelle japonaise où les galets de pierre sont mélangés avec du mortier, posés et lavés à l’eau avant le séchage, laissant une finition de surface mouchetée. En gardant au minimum les changements structurels majeurs, le cabinet a décidé d’insérer une grosse colonne de terrazzo gris qui épouse le bord de la pièce bordée de tatami.

Le même terrazzo a été utilisé pour former une bordure tout autour de l’appartement, créant ce que la pratique décrit comme un «bord scintillant et semblable à de l’eau» lorsqu’il est éclairé par la lumière naturelle des fenêtres restaurées. Des panneaux de bois quadrillés ont été utilisés pour dissimuler partiellement la cuisine, qui a été complétée par des armoires en bois, des comptoirs en acier inoxydable et des sols en carreaux noirs brillants. Des menuiseries en bois apparaissent également dans la chambre principale, formant des placards de rangement et une tête de lit.

En savoir plus sur Takero Shimazaki Architects
Photos : Anton Gorlenko

source


Galerie


Laisser un commentaire