Blackwood, atelier d’artiste avec un revêtement en bois brulé par Atelier BOOM-TOWN

L’atelier Blackwood est l’aboutissement d’une longue histoire débutant par la rencontre, il y a plusieurs années, de Steven Spazuk, un artiste singulier qui peint avec le feu. Steven désirait alors s’affranchir des contraintes d’espace de son atelier exigu installé dans les combles de sa maison à Léry, sur les rives du lac Saint-Louis.

Une première version du projet d’atelier y est conçue, dont l’implantation était en cour arrière. L’usage « atelier d’artiste » n’étant pas autorisé pour les bâtiments secondaires dans cette municipalité, il était hors de question pour l’artiste de créer en catimini dans un « garage ».

De plus, les contraintes du site initial ont tôt fait de faire exploser les coûts de construction. Débute alors la recherche d’un terrain à construire pour une maison et un atelier. Le lieu recherché comporterait un immense boisé fréquenté par des oiseaux. Cette recherche devient un projet de vie pour le couple, amoureux de la faune et de la flore. Mais ce nouveau projet demeurera au stade des idées. En 2018, c’est le coup de cœur ! Le couple tombe sous le charme d’une propriété à Franklin, sur la rue Blackwood, aux limites de la frontière américaine.

Cette fois, c’est l’occasion d’amener le projet à terme en ajoutant à la composition des volumes de la maison, l’atelier dont rêve Steven depuis des années. Le budget demeure modeste, la forme est simple, mais le contexte permet la création d’un projet qui s’intègre aussi bien aux bâtiments existants qu’à son environnement naturel.

Le vaste espace est essentiellement consacré à la création et à l’aménagement d’un coin bureau. La position des ouvertures est conçue pour que l’éclairage naturel illumine judicieusement l’atelier et que l’artiste puisse être en relation avec la nature aussi bien à l’intérieur de son nouveau lieu de création que sur le parvis de celui-ci. Un espace complètement vitré permet de relier l’atelier avec la maison. La maison d’origine est blanche avec une toiture de tôle noire. Le jeu des contrastes noir et blanc domine. Le feu étant au cœur de la méthode de travail de l’artiste, le revêtement en bois brulé s’impose pour couvrir le volume principal de l’atelier. Une longue lucarne blanche découpe une fente, telle une meurtrière, sur la façade sud-ouest, pour recueillir parcimonieusement le soleil de l’après-midi.

En savoir plus sur l’Atelier BOOM-TOWN
Photos : Raphaël Thibodeau

source : communiqué de presse v2com


Galerie


Laisser un commentaire