Cabine A, une invitation au voyage par Bourgeois / Lechasseur architectes

Dotée de paysages spectaculaires, la région de Charlevoix est, depuis plus d’un siècle, l’une des destinations touristiques les plus prisées du Québec. Depuis 15 ans, grâce à l’aménagement d’une nouvelle station de ski, la région a connu un essor majeur, attirant de très nombreux touristes.

Nouvelle venue dans ce paysage, la Cabine A ouvrait discrètement ses portes, en décembre 2019, alors qu’elle accueillait ses premiers visiteurs. Ce chalet, unique en son genre, est situé à 20 minutes de la station Le Massif; il s’inscrit dans un terrain en pente offrant des vues à couper le souffle sur le fleuve Saint-Laurent.

Résultat d’un étroit travail de collaboration entre architectes et graphistes, la Cabine A s’inspire du Code international des signaux maritimes (ICS), longtemps utilisé comme moyen de communication en mer. La transposition en trois dimensions du signal Alfa, en tête du Code ICS, devait déterminer la géométrie du bâtiment. Par ailleurs, volumes et matériaux font subtilement référence à l’architecture navale. La forme triangulée de la toiture rappelle la voilure d’un navire alors que le pont supérieur est évoqué par la grande terrasse de bois où s’impose le fleuve. L’utilisation du bois sur les murs et plafonds de l’aire de vie accentuent encore l’analogie à l’architecture navale.

On accède de plain-pied à la Cabine, l’entrée se trouvant sous un repli de la toiture, dans la patte gauche de la lettre « A ». Conçue pour pouvoir accueillir jusqu’à 14 personnes, la pièce principale regroupe le séjour, la cuisine et une salle à manger. Celle-ci se prolonge, à l’extérieur, par une terrasse offrant une vue panoramique du fleuve Saint-Laurent.

Près de la porte d’entrée, un escalier mène au rez-de-jardin, partiellement enfoui dans la pente. Trois chambres y ont été aménagées de même qu’un dortoir et une salle de jeux qui donne sur un espace détente protégé, avec vue sur le fleuve. L’aire de vie, double hauteur, est revêtue de grands panneaux de contreplaqué qui se retrouvent également sous les replis du toit. La couleur pâle du merisier contraste de façon saisissante avec les teintes sombres de la toiture de métal et du déclin de bois utilisé pour les parois extérieures.

En savoir plus sur Bourgeois / Lechasseur architectes
Photos: Maxime Brouillet

source: communiqué de presse v2com


Galerie


Laisser un commentaire