Casa Eterea, le refuge parfait perdu sur les hauts plateaux du centre du Mexique par Prashant Ashoka

Conçue par l’écrivain et designer singapourien basé au Mexique Prashant Ashoka, Casa Etérea est une habitation de 75 m2 construite hors réseau. Elle fonctionne à l’énergie solaire; son approvisionnement en eau se fait à partir des eaux de pluie collectées; et elle utilise un revêtement ultraviolet à motifs sur le miroir le rendant visible aux oiseaux tout en restant réfléchissant à l’œil humain.

« La vision était de créer un théâtre à la nature. La durabilité était donc cruciale pour parvenir à une intégration vraiment complète avec l’environnement »

Travaillant avec l’intention de laisser le paysage intact, les fondations de la maison ont été entièrement construites à partir de roches collectées dans la montagne. Et en utilisant l’orientation du site, une ventilation efficace et du verre isolant, la maison régule naturellement la température dans ce climat désertique semi-aride des hauts plateaux du centre du Mexique.

Le concept ouvert se compose de deux volumes rectilignes qui fusionnent à une intersection en forme de V à 120 degrés – dessinant une ressemblance angulaire à un ravin visible à travers la douche en verre exposée. Depuis l’espace de vie central et la chambre à coucher, les portes coulissantes en verre du sol au plafond encadrent des vues de falaises imposantes, tout en s’ouvrant pour se connecter avec un patio en bois et une piscine ombragée d’oliviers et de grenadiers.

Fortement inspirée par le concept de «l’architecture émotionnelle», inventé par l’architecte mexicain Luis Barragán et le sculpteur-peintre Mathias Goéritz, Casa Etérea réalise cette résonance sensorielle plus profonde en utilisant des panneaux extérieurs en miroir pour créer une expérience visuellement abstraite et interactive. La façade en miroir diffuse l’espace liminal entre le sauvage et le structuré tout en permettant au volume de prendre une qualité de transition.

« La lumière devient un élément structurel de cette conception, déformant la perspective de l’endroit où l’observateur commence et où le paysage se termine. Je voulais que ce jeu de lumière et d’échelle évoque un profond sentiment de respect pour la nature et pose des questions sur notre rôle d’intendant dans la préservation de nos écosystèmes »

En savoir plus sur Prashant Ashoka
Photos : © Prashant Ashoka

source


Galerie


Laisser un commentaire