Deux nouvelles boutiques et un atelier rénové pour le chocolatier Patrick Roger

Patrick Roger, chocolatier de renom, Meilleur Ouvrier de France et artiste a une actualité riche. En effet, il vient d’inaugurer deux nouvelles boutiques, l’une dans le 8ème et la seconde dans le 3ème.

Pour chacune de ses boutiques, Patrick Roger a fait appel à un architecte/une agence différente pour apporter une signature particulière à chacune d’entre elle. La dernière, dans le 3ème a en revanche entièrement été pensé par lui. Comme si cela ne suffisait pas, il a également réouvert les portes de son atelier à Sceaux, fraichement rénové suite à un incendie il y a quelques années.

Sa nouvelle boutique Rue du Faubourg Saint-Honoré dans le 8ème a été conçue par l’atelier de l’architecte franco-libanaise Lina Ghotmeh. Cette boutique, qui s’installe à deux pas de la Place des Ternes, a tout de la boîte de Pandore. Derrière une vitrine, qui telle une peau de verre laisse toute transparence, l’intérieur offre la simplicité d’un cube aux parois de métal brossé lacérées d’une écriture linéaire de lumière verte qui n’est pas sans rappeler les récentes sculptures du chocolatier. Il suffit de pénétrer les lieux pour observer les détails et le découpage de l’objet dans son entièreté. Les fines lignes constituées de verre rétro-éclairé ressemblent, dans leur matière même comme dans leur veinage, à une pierre semi précieuse, jaillissement de vif émeraude au coeur de ce plié de métal. Au centre, un véritable autel comme suspendu au-dessus du sol par un même rayon vert offre en surface l’ensemble des collections de miniatures chocolat, présentées sous verre, objets de goût et de convoitise, ici plus que jamais sacralisés. Et pour pousser davantage encore le rituel, nulle possibilité dans ce nouveau temple du chocolat d’acheter ces affolantes miniatures à l’unité et/ou en vrac. Une offre élargie de boîtes et assortiments sont proposés à la vente, compositions choisies et décidées par le Maître des lieux. Ainsi, une fois encore, avec Patrick Roger, il n’y a qu’à ouvrir la boîte… et se laisser faire !

Pour cette seconde boutique, il aura fallu presque 7 ans de recherches et de réflexion pour dénicher le lieu idéal, avoir enfin le coup de coeur pour un espace doté d’une âme, mais aussi un lieu résolument contemporain et artistique. Le site est unique, un peu hors du temps, comme sorti d’un siècle passé. Vitrines en bois sur la rue, au sol des carreaux à l’ancienne et un double sas d’entrée aux allures de confessionnal… On y pénètre avec une certaine dévotion, avec le sentiment de basculer dans un autre monde, celui de l’art et du chocolat ! Ici, point d’architecte ou de designer. Il a s’agit pour Patrick Roger de travailler sur le vécu et les qualités intrinsèques du lieu, de trouver le parfait équilibre entre l’intégration d’éléments contemporains et l’authenticité des matériaux qui en constitue le décor d’origine. Quitte même à en rajouter, en appelant quelques artisans hors pairs pour réaliser un mur vitrail que l’on pourrait penser avoir toujours été là, si ce n’est par son dessin tout à fait contemporain. Ou bien trônant au centre, cette table, sculpture monumentale d’aluminium qui parait flotter dans l’espace, transpercée par un étonnant réseau racinaire. Un espace insolite, authentique parce que totalement préservé, et tout à la fois si proche des bruits de la ville, idéalement situé, à presque équidistance du Centre Pompidou et de la Place des Vosges. Le vitrail est une réalisation de l’Atelier Simon Marq et la table une conception de Bronzes Strassacker.

En savoir plus sur Patrick Roger

Son atelier rénové suite à l’incendie


Galerie


Laisser un commentaire