Gagner de la place avec des meubles de cuisine adaptés à son logement

Que l’on ait un appartement ou une maison, quel que soit le style de notre habitation, lorsqu’il faut la meubler, il faut le faire, certes avec goût, mais surtout avec intelligence et après une bonne réflexion.

Car oui, le choix des meubles n’est jamais une étape facile, il faut que chaque meuble soit esthétique, fonctionnel et qu’il s’adapte bien à la pièce pour ne pas prendre trop de place ou gêner la circulation. Et c’est encore plus complexe lorsque l’on réfléchit aux meubles qui composeront la cuisine.

La cuisine est vue par la majorité des français comme LA pièce la plus importante de la maison, on la veut moderne, bien pensée, très pratique et surtout conviviale. Il faut donc optimiser son agencement en fonction de sa superficie et de nos besoins quotidiens.

La cuisine se répartit en 3 zones de travail : lavage, cuisson et froid, ce sont les 3 piliers de l’aménagement d’un plan de cuisine. Une fois que l’on a réparti ces trois zones dans la pièce et que l’on connaît l’emplacement des meubles, il faut bien les choisir afin que l’ensemble soit pratique et prenne le moins de place possible.

Les meubles qui vont l’habiller définissent donc son style, son ambiance, sa praticité et sa capacité de rangement. Castorama propose des meubles qui offrent des espaces de stockage variés et adaptés à n’importe quelle typologie de logement. Comme par exemple, le meuble haut, le rangement d’angle, le tiroir plan de travail ou encore le tiroir intégré dans la plinthe.

Pour ceux qui souhaitent une cuisine ouverte, l’îlot central permet de délimiter l’espace tout en apportant une ambiance conviviale et chaleureuse et permettre de centraliser les rangements pour fluidifier la circulation. L’îlot propose plusieurs possibilités : espace de rangement, coin repas, plan de travail avec ou sans point d’eau et zone de cuisson.

Pour conclure, vous l’aurez compris, meubler sa cuisine dans une optique de gain d’espace nécessite un peu de réflexion en amont mais des meubles bien pensés seront là pour simplifier cette étape et vous permettre de focaliser votre attention sur l’aspect esthétique que vous souhaitez donner à votre cuisine !


Galerie


Laisser un commentaire

Commentaires

1
| 3 mai 2018
  1. Par Joachim GUILLAUME |

    Bonjour,

    Comme architectes et pour avoir déjà agencé quelques cuisines en appartement et en maison, avec ma compagne, nous tenons à faire un point sur la question évoquée par cet article à propos du meuble d’angle.
    J’en ai vu et testé des dizaines à l’usage et le verdict est sans appel :

    Côté plan de travail, si l’on regarde bien ce dispositif n’est pas si pratique, car le fait de rajouter un meuble d’angle signifie un plan de travail en retour avec une zone plus ou moins accessible justement dans l’angle. Il faut bien être conscient de cela : si le « poste de travail » devant l’angle est occupé par une personne, il ne peut être partagé avec une autre personne. Si on supprime le meuble d’angle, deux personne peuvent « cuisiner ensemble ». C’est, selon moi, beaucoup plus adapté aux pratiques actuelles. Certes, moins de place sur le plans de travail mais plus de place pour les occupants. En plus le joint entre les deux plateaux de plan de travail est difficile à nettoyer, pas franchement joli.

    Côté rangement, le placard bas des meubles d’angle avec ou sans plateau tournant (paquets qui tombent) est peut pratique à exploiter, d’autant plus qu’on a réduit l’espace de circulation de la cuisine. Supprimer le meubles d’angle apparait comme une perte de place. Les vendeurs essaient de les vendre dans les petits logements des grandes villes où le m² coute cher. Mais dans ces grandes villes on peut facilement faire les courses souvent puisque la supérette est en bas de l’immeuble alors pas besoin de stocker pour un mois. Quant aux habitants des périphéries urbaines, on trouve toujours un cellier pour stocker les conserves à l’abri.

    Je ne parlerai pas de l’esthétique ou de l’équilibre des masses, car il suffit de jeter un œil à ce qui se fait dans les revues de design pour que chacun se fasse une idée en comparaison avec ce qu’on voit dans les agencements proposés par la grande distribution.

    Jusqu’à présent nous n’avons mis en œuvre qu’un meuble d’angle, pour une dame qui vit seule, un peu têtue, sur laquelle les vendeurs de cuisine avaient fait un travail de rééducation à coups d’arguments choc.

    Personnellement, les couples que nous connaissons qui ont opté pour le « sans meuble d’angle » on fait une économie et ne se cognent plus les uns aux autres dans leur cuisine. Ça leur fait plus de temps pour se dire des mots doux.

    Merci de votre attention,

    JG