La Géode, projet multi-résidentiel à Montréal par ADHOC Architectes

L’équipe d’ADHOC Architectes nous présente La Géode, un projet complété il y a peu et réalisé en collaboration avec les jeunes promoteurs de chez Knightsbridge. Le projet se situe rue de la Roche, dans l’arrondissement du Plateau Mont-Royal, secteur empreint d’une vitalité urbaine incomparable.

Au vu de sa situation, l’objectif est de conférer un nouveau souffle à ce terrain avec un projet résidentiel contemporain de cinq logements reflétant toute l’énergie de ce secteur stratégique où se côtoient jeunes professionnels, familles, couples. Ainsi, les enjeux du projet sont multiples à savoir une densification douce qui s’insère dans le paysage urbain existant sans le dénaturer, la rétention des familles en ville et la création d’un milieu de vie qualitatif basé sur une stratégie verte. Pour relever ces défis, ADHOC architectes a imaginé une nouvelle typologie sur le terrain en construisant la rue et la ruelle, libérant un espace central empreint d’une potentialité nouvelle. L’espace de la cour intérieure ainsi libéré crée un nouveau lieu vivant et organique redéfinissant les liens entre la rue et la ruelle, entre les espaces publics et privés.

Une trame narrative est venue nourrir l’imaginaire du projet tout en appuyant le concept architectural valorisant un cœur central à ciel ouvert et une organisation périphérique. Celui-ci s’inspire de la géode, une masse minérale creuse dont l’intérieur est tapissé de cristaux. La géode, sous une apparence externe austère et protectrice, dissimule un véritable trésor cristallin. Celle-ci révèle une forme de mise en scène naturelle qui stimule l’imaginaire autour de la notion de contraste. Cette notion est exploitée par le projet à différents niveaux. L’extérieur du bâtiment, très sobre à la matérialité modeste ainsi que la brique travaillée en boutisse et l’effet ajouré devant les fenêtres et loggias reflètent l’aspect minéral et non lisse de l’enveloppe protectrice de la géode alors que la cour intérieure traduit la matérialité cristalline de cette dernière.

Objet d’innovation architecturale, le projet soutient la création d’un nouveau lieu, valorisant son intégration au sein du contexte. En préférant une densification par insertion, le projet agit comme un point de liaison et la nouvelle typologie créée vient soutenir l’urbanité du secteur. La volonté de créer une cour intérieure grâce à l’utilisation de l’espace de la ruelle préexistante induit un renversement complet de la typologie montréalaise traditionnelle caractérisée par des logements sombres d’une longueur excessive. Grâce à la percée centrale, les espaces de vie des logements traversants se retrouvent baignés de lumière naturelle. Cette nouvelle organisation spatiale amène la notion même de couloir à disparaitre, générant des logements dans lesquels la circulation est fluide et l’espace optimisé. Les mezzanines en façade permettent la pénétration de la lumière dans la cour tout en harmonisant la hauteur du bâtiment avec son voisin. Les espaces extérieurs à l’avant, prennent la forme de loggias privées préservant l’intimité des habitants tout en participant à l’animation de la rue.

« Par ailleurs, la viabilité du projet dépendait de notre capacité à investir les espaces en sous-sol. Cette contrainte à laquelle s’ajoute la nécessité de respecter l’alignement des rez-de-chaussée avec les bâtiments voisins nous ont poussés à repenser le sous-sol. L’espace creusé sous la margelle devient une pièce à part entière, un espace singulier canalisant la lumière naturelle vers les chambres du sous-sol et proposant une annexe extérieure, un espace de détente végétalisé pouvant accueillir du mobilier. De plus, des planchers de verre ont été installés entre le rez-de-chaussée et le sous-sol pour garantir un apport généreux et une diffusion maximale de lumière. La cour devient une véritable oasis urbaine pour les habitants. De plus, les tuiles créant cet espace de vie agréable à l’identité marquée arbore un revêtement lumineux grâce aux tuiles métalliques triangulaires dont les coloris blancs scintillants disposés vers les étages inférieurs se foncent vers le ciel pour revêtir une matérialité changeante, étincelante et cristalline. » ADHOC Architectes

La cour intérieure permet une fenestration abondante venant garantir une lumière naturel maximale ainsi qu’une ventilation transversale des logements. L’utilisation de matériaux et d’équipements efficients énergiquement font partie intégrante de la stratégie mise en place. La présence abondante de la végétation relève également de la stratégie verte mise en place. Cette construction évoque une cohabitation minérale/végétale que l’on peut retrouver dans la nature. La cour intérieure, les espaces sous les margelles, la toiture ainsi que tous les interstices deviennent des surfaces propices à la plantation d’arbustes, d’arbres ou de plantes grimpantes. Ainsi, la végétation colonise le sol de la cour intérieure, et même les murs, faisant de celle-ci un havre de paix.

En savoir plus sur ADHOC Architectes
Photos: Adrien Williams

source: communiqué de presse v2com


Galerie


Laisser un commentaire