Le François-René : liberté créative et développement durable

Le projet François-René, situé sur l’avenue Châteaubriand dans l’arrondissement Rosemont-Petite-Patrie de Montréal, présente six unités d’habitation hors normes et résolument contemporaines. Les appartements à Montréal pleuvent et le développeur immobilier Maître Carré s’est donné pour mission d’offrir un vent de fraîcheur, créatif et durable.

L’emplacement se caractérise par un cadre bâti traditionnel de duplex et triplex en rangée. Le zonage habituel aurait accueilli deux triplex juxtaposés. Maître Carré et la firme Architecture Open Form défient les normes et parviennent à proposer une solution différente et audacieuse. Ainsi, le lot accueille plutôt trois maisons de ville de deux étages avec sous-sol, surmontées de trois appartements avec mezzanine et terrasse.

Ce projet multi-résidentiel respecte les plus hauts standards en matière de qualité de construction et de développement durable, afin d’offrir aux jeunes familles un environnement sain et agréable en ville. Afin d’augmenter le confort de ses habitations et de réduire les coûts liés à la consommation d’énergie, Maître Carré a choisi le gaz naturel pour les appareils et le système de chauffage, faisant du François-René le premier projet immobilier de la province à utiliser cette source d’énergie.

En guide de clin d’œil au confort de la maison unifamiliale de banlieue, chacune des maisons de ville possède un sous-sol, une cour avec espace gazonné et terrasse en bois, un cabanon et un stationnement privé; ces précieuses commodités tant convoitées en ville. C’est sans oublier la possibilité d’installer une borne pour sa voiture électrique puisque tout le filage est déjà installé. De nombreux gestes ont d’ailleurs été posés en matière de rendement énergétique et de développement durable, devenant ainsi fièrement le tout premier projet immobilier au Québec à obtenir la certification Novoclimat 2.0, une homologation gouvernementale de haut niveau.

La façade révèle déjà une forte volonté d’assumer son caractère contemporain par l’appareillage de la maçonnerie et les escaliers extérieurs. Ces deux éléments architecturaux, très règlementés pour assurer une continuité avec le patrimoine bâti montréalais, ont réussi à se forger leur propre personnalité conférant le caractère unique du projet.

La brique, de couleur brun-gris clair, se module grâce à l’appareillage en boutisse, une manière créative de briser l’uniformité de la façade tout en conservant un style épuré et qui respecte les codes architecturaux. Le bois ornementé des traditionnelles corniches est ainsi troqué pour un jeu subtil de briques en boutisse, insérées perpendiculairement (présentant sa face la plus courte) et légèrement en retrait. Ce même traitement sert à dynamiser la façade opaque nord, très visible depuis la rue, où l’on peut même apercevoir le profil de l’escalier intérieur se dessiner.

L’escalier, dessiné et réalisé sur mesure par les architectes – plutôt rare dans les projets d’habitation multiples – se déploie en façade à 90 degrés dû à l’espace au sol restreint et permet ainsi la création d’une courette avant pour les maisons de ville. Le garde-corps en aluminium perforé offre une alternative contemporaine et durable au fer forgé, en plus d’être conçu pour accueillir une végétation grimpante qui apporte vitalité, intimité, filtration naturelle d’air et écran antibruit.

Les fenêtres, triple vitrage, contribuent également à l’isolation phonique, et thermique bien entendu. Alors que le bruit extérieur n’est pas bienvenu dans la demeure, la lumière est, quant à elle, l’invitée d’honneur. Les ouvertures, grandes, nombreuses et aux formes variées, optimisent l’entrée de lumière naturelle pour le plus grand bien-être de ses occupants. Les sauts de loups font également la pleine largeur, à l’avant et à l’arrière du bâtiment, pour une sensation d’ouverture des espaces en sous-sol.

Habiter en appartement implique généralement la promiscuité et le partage d’espaces communs. Pas dans le projet François-René. Une attention particulière a été apportée au concept d’intimité, de propriété privée et à ce sentiment de « chez-soi ». On remarque à cet effet que chacune des six unités possède une entrée distincte. Aucun hall commun. De plus, elles possèdent chacune une terrasse individuelle, séparée par une palissade de bois. Alors que les cours des maisons de ville sont du côté ruelle, les terrasses des appartements ont été judicieusement disposées à l’opposé, côté rue, afin de préserver l’intimité entre les deux niveaux.

Bravant les conventions, Maître Carré et Architecture Open Form ont ainsi créé un projet d’habitations multiples qui répond avec créativité aux normes et aux tendances actuelles en matière de style architectural et de développement durable, offrant une solution adaptée à une génération urbaine, sensible à son habitat.

Pour en savoir plus sur Maître Carré, cliquez ici et sur Architecture Open Form, cliquez là.
Photos: © Adrien Williams

source: communiqué de presse v2com


Galerie


Laisser un commentaire