Maison de la littérature à Québec par Chevalier Morales Architectes

La Maison de la littérature est située dans l’arrondissement du Vieux-Québec, un site historique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Dans cet environnement urbain particulièrement chargé, Chevalier Morales propose une annexe contemporaine à la volumétrie simple et épurée au temple Wesley, une église néogothique patrimoniale. Depuis son ouverture, la Maison de la littérature est vite devenue une vitrine incontournable de la littérature québécoise et un arrêt prisé du parcours touristique de la vieille ville.

Issu d’un concours d’architecture, le projet lauréat de Chevalier Morales proposait une solution tout à fait inédite qui dépassait les attentes de la commande initiale. Lors de la conception, les architectes ont choisi de sortir une partie du programme à l’extérieur du temple Wesley et de construire plutôt une nouvelle annexe pouvant loger un accueil plus transparent et plus universel.

Cette stratégie a également permis de libérer l’espace du temple d’un programme complexe et de lui redonner toute l’ampleur de sa spatialité d’origine autrement compromise. En plus des espaces consacrés à la bibliothèque, le programme unique et innovant de la Maison de la littérature comporte une salle de spectacles, un bistro, un espace d’exposition temporaire, une exposition permanente, une résidence d’écrivain, des studios de création, des salles de projection et de formation ainsi qu’un studio de création multimédia.

Le temple Wesley, construit en 1848, a été désaffecté en 1931, puis transformé en 1944 en une bibliothèque publique comprenant une salle de spectacles et de conférences pour l’Institut Canadien, cette dernière ayant définitivement fermé ses portes au public en 1999. La nouvelle Maison de la littérature a permis à l’Institut Canadien de poursuivre sa mission de diffusion de la littérature québécoise.

En partie transparente, la nouvelle annexe, aux proportions étrangement familières, ré-interprète les formes existantes du tissu urbain environnant. Elle permet également d’offrir un visage ouvert et contemporain à l’Institut Canadien de Québec. L’enveloppe extérieure en verre se superpose à un ensemble de panneaux métalliques pliés et embossés qui composent un bas-relief intriguant. En réfléchissant son environnement immédiat, l’annexe aux lignes simples s’intègre délicatement et sans mimétisme au contexte urbain historique du Vieux-Québec.

Dans l’esprit d’offrir une multitude de parcours déambulatoires dégageant un fort sentiment de liberté, la disposition du programme permet de maintenir un grand nombre d’accès, notamment par la porte d’origine du temple ou encore par le stationnement à partir duquel on pénètre dans l’annexe par l’arrière. Avec l’entrée principale, ces accès convergent par ailleurs vers la grande ouverture circulaire. Ceux-ci constituent le cœur de l’ensemble en reliant verticalement la salle de spectacles et le bistro avec l’espace principal des collections.

L’annexe de verre, par la grande qualité de ses matériaux, sa transparence et sa simplicité de détails, établit un dialogue matériel et formel avec l’édifice de pierre existant. Simple et bien contrôlée, la peau de l’annexe ne rivalise pas avec la richesse et la grande qualité des détails et des assemblages de maçonnerie historique adjacents. La Maison de la littérature dévoile un dialogue entre l’histoire et le présent de l’arrondissement historique du Vieux-Québec.

En savoir plus sur Chevalier Morales Architectes
Photos: Chevalier Morales Architectes

source: communiqué de presse v2com


Galerie


Laisser un commentaire