Pain Paulin, boulangerie et logements par le studio d’architecture Ciguë

La boulangerie Pain Paulin et ses deux logements, c’est le projet d’un passionné qui a décidé de tout plaquer pour devenir boulanger.

Le site choisi, sur lequel existait une cabane en bois des années 80 hébergeant une ancienne poissonnerie et malheureusement non réutilisable, est au bord de l’unique route, au centre actif du Petit Piquey sur la commune de Lège-Cap-Ferret.

Il fallait à la fois s’inscrire dans le protectionnisme ambiant du Cap-Ferret et trouver une manière élégante de fabriquer un projet contemporain : au lieu de prendre le cadrage du PLU comme une contrainte, le studio en a fait une force. La cabane ostréicole est la référence locale, omniprésente, physiquement et mentalement, la cabane c’est le Cap. À cela le client appose l’idée d’une boulangerie moderne, fonctionnelle, toute en transparence, qui ne cache rien, qui montre tout, du sac de farine aux pétrins.

Ciguë décide de jouer le collage « cabane+laboratoire » : la cabane c’est les logements, en bois, noir à l’extérieur, nature à l’intérieur; le laboratoire c’est la boulangerie, blanc, verre, inox et béton.

La cabane c’est le lieu de l’intime et du sommeil, emballée dans son bardage à claire-voie de Douglas brûlé qui la protège des vis-à-vis et du soleil, elle se structure en terrasses et mezzanines, allant chercher la vue sur le bassin d’Arcachon, les lumières indirectes et les vues traversantes.

Le laboratoire, à l’inverse s’ouvre sur la ville, la route, laisse entrer tous les regards, c’est le lieu de travail, de partage des savoirs-faire, un open-space habillé de carrelage blanc, dans lequel sont disposées les machines outils, sur roues, pouvant être déplacées et organisées au gré des fournées et des moments de la journée. Le manque de surface constructible a forcé les architectes à cette modularité du plateau de travail et de vente qui donne sa particularité à la boulangerie.

En savoir plus sur Ciguë
Photos: © Maris Mezulis


Galerie


Laisser un commentaire