Projet Michelet, vivre à 5 dans 50m2 à Paris par l’atelier, Nomadic Architecture Studio

Dans le contexte d’une pression immobilière incessante et de l’attractivité croissante de Paris, le thème du petit logement s’impose comme une réalité incontournable dans la Ville Lumière.

Cette problématique du petit logement prend d’autant plus de sens aujourd’hui, en période de confinement, puisque les appartements deviennent aussi des lieux de travail et d’éducation. Les architectes ont le devoir de participer à la transformation urbaine des villes et d’y contribuer avec des projets de qualité, adaptés aux enjeux actuels.

Au cours des trois dernières années, l’atelier a travaillé sur la conception de plus de 40 petits appartements en Île-de-France et leurs expérience leurs a montré que certaines problématiques se répètent. Citons par exemple : la « chambre de bonne » transformée en appartement, l’ajout d’une chambre pour un nouvel enfant dans un appartement déjà réduit ou encore la problématique que nous présentons ici : la conception d’un appartement familial avec une densité de 10 m2 par personne.

Ce projet a commencé par une première visite plutôt surprenante avec un client. Nouvellement propriétaire d’un appartement ancien situé dans le sud de Paris, il était à la recherche d’un architecte pour réaliser un projet ambitieux : convertir ce T2 de 50 m2 en un appartement familial pour une famille de cinq personnes (un couple avec trois enfants âgés de 18, 15 et 7 ans).

L’atelier a démarré par une phase de diagnostic. Une étape cruciale qui permet de mettre en avant les enjeux et les contraintes du projet. C’est une méthodologie inspirée du processus créatif en urbanisme : l’analyse du quartier devient source d’inspiration pour le projet.

Pour cet appartement, le diagnostic a permis de mettre en avant plusieurs éléments. Tout d’abord, le plan de l’appartement est quasiment carré, ce qui est un avantage pour la distribution du programme. Ensuite, malgré sa petite taille, il s’agit d’un appartement traversant, peu profond (sept mètres de profondeur) et disposant de cinq fenêtres. Tous les espaces peuvent donc bénéficier d’un maximum de lumière naturelle. Enfin, la hauteur sous plafond de trois mètres offre une opportunité de verticalisation de certaines parties du programme. La seule réelle contrainte de l’appartement est le fait qu’il soit traversé en largeur par un mur porteur. Cependant ce mur dispose déjà de trois ouvertures, ce qui confère une certaine porosité à l’appartement.

Les architectes ont pris le parti de créer un espace de vie traversant afin de profiter de la lumière du matin et du soir. Cet espace est aménagé en quinconce dans le but de créer des sous-espaces entre-ouverts l’un sur l’autre, cuisine et salle à manger d’un côté et salon de l’autre. L’espace d’entrée se retrouve comme partie intégrante de cet espace commun, à la jonction entre les deux sous-espaces.

Une zone compacte a ensuite été définie avec une verticalisation du programme sur la partie salle de bain et chambres des enfants. Dans la chambre des garçons, on trouve deux espaces de couchage en alcôve avec une hauteur d’un mètre, l’un se situe au-dessus de la salle de bain et le deuxième sous l’espace chambre de la fille aînée. Ce dernier espace chambre est accessible par la salle à manger via un escalier. La chambre des parents, quant à elle, a été pensée comme un petit espace compact accessible depuis le salon.

Une autre caractéristique notable de ce projet était celle du temps. Les deux aînés étant bientôt indépendants, le client souhaitait que l’espace soit pensé de manière évolutive afin qu’il ne reste in fine plus qu’une chambre après le départ des enfants. Le projet a donc été conçu en trois phases avec la pose d’une série de cloisons facilement démontables.

Aujourd’hui l’appartement peut accueillir cinq personnes et cet aménagement sera conservé pour les trois prochaines années. Puis, au départ des deux ainés, les parois démontables de la chambre parentale seront enlevées de manière à agrandir le salon. Enfin, dans une dizaine d’années, au départ du plus jeune, les deux chambres restantes pourront être connectées créant ainsi une grande chambre pour les parents.

Le choix des matériaux a également joué un rôle important dans ce projet. Afin de créer un sentiment d’espace, toutes les menuiseries ont été traitées de manière identique avec du pin polonais, un bois clair dont les motifs sont généreux tout en restant assez uniformes. Le sol est également traité en pin très clair de manière à optimiser les apports en lumière naturelle.

En savoir plus sur l’atelier, Nomadic Architecture Studio
Photos : © Tim Van de Velde

source : communiqué de presse v2com


Galerie


Laisser un commentaire