Smart Center en Arménie, un bâtiment organique qui épouse le paysage par Paul Kaloustian

Paul Kaloustian Studio, basé à Beyrouth et Paris, est un atelier d’architecture qui opère sur une multitude d’échelles, intérieurs et bâtiments.

Paul a enseigné à l’école Boston Architecture Center et à l’Université Américaine de Beyrouth. Il a reçu différents prix pour plusieurs de ses projets dont celui du mémorial du Génocide Arménien et a été exposé à l’Institut du Monde Arabe à Paris ou encore à la prestigieuse Biennale de Venise, notamment pour le projet que l’on vous présente aujourd’hui, ce Smart Center dans la province de Lorri, en Arménie.

Vous l’aurez compris, le talent de Paul Kaloustian n’est plus à prouver et la réalisation de ce bâtiment monumental en est une preuve évidente !

Ce projet est une initiative du COAF (Fondation Enfants d’Arménie) basé à New York et du légendaire galeriste Tony Shafrazi qui a invité l’architecte à concevoir ce premier Smart Center. Tony a présenté le projet à la communauté artistique et à Hollywood par le biais de ventes aux enchères et de gala annuels. Des artistes comme Urs Fischer, Richard Prince et des stars comme Leonardo DiCaprio et Kim Kardashian ont rejoint la diaspora arménienne pour financer le projet.


Paul Kaloustian avec Tony Shafrazi

Historiquement située sur les hauts plateaux au carrefour des routes commerciales, des mouvements religieux et des guerres entre empires, l’Arménie a toujours été un pays où ses habitants sont fortement attachés à leurs terres et à leur culture ancestrale. Situé dans la province de Lorri où hautes terres et paysages vallonnés sont les marqueurs forts de la région, le bâtiment se devait d’être organique afin d’épouser au mieux l’environnement naturel et le sublimer.

La forme organique du centre embrasse le paysage en créant un ruban sinueux comme une passerelle autour d’une immense cour d’environ 7500 m2 avec une simple empreinte de construction de 3700 m2 l’entourant. Le bâtiment de plain-pied s’étend horizontalement en suivant la forme du terrain. La façade de 600 m comprend des murs opaques et 168 panneaux de verre, chacun de 1,5 m de largeur et 4 m de hauteur. La transparence des façades en verre relie l’enceinte à l’immense cour au-delà. Il magnifie le paysage par la réflexion tout en créant une ambiguïté des frontières entre l’intérieur et l’extérieur.

La conception génère un environnement intégrant dans le cadre de son lexique des expériences sensorielles exubérantes et des panoramas visuels expansifs et le paysage embrassé devient une célébration du rural. La construction semble enfin avoir été parfaitement placée sur le paysage non modifié, invitant même le paysage à prendre le contrôle du bâtiment.

Le visiteur arrive au bâtiment principal, un espace concave abrité et accueillant. Il entre dans une enceinte qui s’ouvre sur un nouvel espace baigné de lumière. L’immense cour au-delà du verre semble une extension de l’intérieur. Le volume s’amincit lentement et se désintègre en une passerelle en plein air autour de la cour. Alors que depuis l’enceinte, le paysage semble faire partie de l’intérieur, depuis la cour, l’immense taille du paysage éclipse la structure.

Le visiteur est exposé à diverses activités en se promenant dans les espaces clos autour de la cour. Le vaste cœur vert du projet peut lui-même devenir une scène accueillant différents types d’événements accessibles depuis de nombreux points d’entrée autour de sa circonférence car la circulation du Smart Center n’a pas de hiérarchie significative.

Autour du centre, des aménagements rythment le paysage du bâtiment sous forme de petites enceintes cylindriques homogènes qui cachent en elles des extensions d’immenses espaces extérieurs. Ce jeu d’échelle contradictoire entre paysage et bâtiment, brouille toutes les frontières visuelles. L’architecture devient une porte d’entrée vers la nature et en retour l’architecture est adoptée par le paysage comme son prolongement. En effet, il n’y a pas de clôtures délimitant le terrain, faisant du bâtiment la seule limite sur le paysage définissant un espace: une cour. C’est ainsi que le Smart Center devient un hymne lyrique au Paysage d’Arménie !

En savoir plus sur Paul Kaloustian Studio
Photos : © Paul Kaloustian Studio


Galerie


Laisser un commentaire