« En dessous de zéro » exposition des photographies de Christophe Jacrot à la Galerie de l’Europe

La Galerie de l’Europe accueille pour la 10ème année consécutive Christophe Jacrot, qui y expose sa dernière série, En dessous de zéro.

Il poursuit là son exploration des hivers extrêmes, débutée en Islande avec la série et le livre Snjor. Il nous convie cette fois à un tour du monde dans le blizzard, avec des images prises là où le vent souffle fort: de la Sibérie au Canada, en passant par le Vercors ou le Japon.

En captant l’âpre beauté des tempêtes de neige, Jacrot nous ouvre les portes d’un imaginaire nimbé de frimas. Un monde de mystères si vulnérable, à l’heure où notre planète se réchauffe…

Ce voyage glacé comporte cinq étapes :

– Norilsk (Sibérie, Russie) : cette cité minière construite sous Staline par des prisonniers en vue d’exploiter le nickel du sous-sol, est située à 200km au Nord du cercle Arctique. Accessible uniquement par avion et interdite aux étrangers, c’est l’une des villes les plus polluées et les plus froides du monde. Le mercure peut chuter à -50° alors que souffle la “Purga”, vent qui atteint fréquemment 100km/h. La fonte du permafrost menace aujourd’hui d’effondrement de nombreux immeubles au Nord de la Sibérie: à Norilsk des habitations ont déjà été évacuées.


Lenine Prospekt. Norilsk (Sibérie)

– Hokkaido (Japon) : en hiver, la plus septentrionale des quatre grandes îles nippones est au coeur d’une dépression constante. La confrontation entre les vents froids venus de Sibérie et les courants d’air chaud du Pacifique provoque d’importantes et quasi-permanentes précipitations. La couche de neige atteint 2 mètres en plaine et les habitants sont obligés de déneiger quotidiennement : « Une tâche qui semble exclusivement dévolue aux femmes », remarque Christophe Jacrot.


Les corbeaux. Hokkaidō (Japon)

– Tasiilaq (Groenland) : cette petite ville située sur l’île d’Ammassalik est toute proche du cercle polaire et est constamment balayée en hiver par le “Piteraq”. Ce vent souffle couramment à plus de 200 km/h : « Sa force peut décupler en 5 mn et il devient tout à coup presque impossible d’avancer », explique Christophe Jacrot qui s’est retrouvé dans cette situation.


Tasiilaq (Groenland)

– Vercors (France) : c’est une petite Sibérie française chère au coeur de Christophe Jacrot qui a une maison dans la région. Cet amoureux du froid aime se balader en hiver sur ce plateau à 1000 mètres d’altitude, première barrière montagneuse avant les Alpes, sur laquelle buttent les dépressions venues du Nord. Mais le réchauffement climatique, ici comme ailleurs, fait son oeuvre…

– Péninsule de Snæfellsnes (Islande) : le photographe avait déjà rapporté du pays des glaces la série « Snjór ». Il est retourné à l’ouest de l’île, sur une bande de terre où les tempêtes sont constantes tout au long d’un hiver qui dure 6 mois.

– Iles de la Madeleine (Québec, Canada) : dans cet archipel situé au coeur du golfe du Saint-Laurent, dont les eaux sont en grande partie gelées en hiver, le vent du nord-ouest souffle avec constance pendant toute la saison froide. Ce sont là les premières étapes d’un tour du monde des tempêtes de neige que Christophe Jacrot compte poursuivre cet hiver, avec comme projet la publication d’un nouveau livre en 2019.


The cake. Iles de la Madeleine (Québec)

L’exposition « En dessous de zéro » est à découvrir du 25 novembre 2018 au 5 janvier 2019 à la Galerie de l’Europe – 55 Rue de Seine 75006 Paris.

En savoir plus sur Christophe Jacrot
Photos: © Christophe Jacrot


Galerie


Laisser un commentaire