Concrete Absolution, exposition des meubles en béton de Jimmy Delatour à Paris

Jimmy Delatour est un designer né à Paris, diplômé de l’ESAG Penninghen en 2008. Il s’occupe à sa sortie d’école du studio d’une société d’édition d’objets, et lance en parallèle, Delatour Design Paris, un studio de création tourné vers le design produit, pack, design graphique et Direction Artistique, intervenant sur des projets variés pour des marques telles que Sonia Rykiel, Hédiard, Le Musée Rodin, L’Opéra de Paris…

Fin 2015 il se lance en complément dans un projet plus personnel, le design LAB qui se concentre sur le développement de pièces uniques et de petites séries avec pour principe premier l’expérimentation des formes et des matières.

Adolescent, la lecture du livre La Source Vive (The Fountain Head) d’Ayn Rand, éveille son intérêt pour l’architecture. Une histoire narrant la lutte d’un architecte dans le New-York des années 1920, pour imposer sa vision créative d’individu libre et se défaire des dogmes architecturaux existants, dont le personnage est librement inspiré de Frank Lloyd Wright. Jimmy Delatour cite aussi comme référence les architectes Louis Khan, Tadao Ando, ou encore Agustin Hernandez Navarro et son studio «Praxis» dont les volumes brutalistes dépassent l’entendement et dont l’intégration dans un espace de verdure naturel représente pour lui la meilleure manière de concevoir l’habitat en béton brut.

La première collection Concrete Absolution de Jimmy Delatour, comportant une méridienne, une table, une table basse et quatre bougeoirs est un hommage à l’architecture, à l’homme et au modernisme. Le béton a été l’outil d’une révolution qui a permis à l’homme de s’élever, de remodeler et réinventer son habitat, un outil synonyme de nouvelles libertés artistiques et de grandes aspirations. S’il a permis d’écrire une nouvelle page dans l’histoire du XXème siècle, le béton se trouve pourtant souvent décrié. De part ces pièces de mobilier, véritable micro-architectures à l’aspect volontairement brut, comme des prolongations des structures qui nous entoure, Jimmy Delatour appelle à une réconciliation avec le béton, à le libérer des préjugés qui l’accompagnent. Des formes au dessin très radical et aux lignes pures, projetant la matière au premier plan, une masse et des volumes assumés, rehaussés de cuivre ou associés au verre. Une collection réalisée en béton haute performance, comme un écho, un rappel de la volonté de l’homme de se réinventer et de perdurer dans son environnement.

Concrete Absolution est à voir à la Galerie Armel Soyer à Paris jusqu’au 27 janvier 2018.

En savoir plus sur Jimmy Delatour


Galerie


Laisser un commentaire