Exposition de photographies « Ophélia » de Lou Sarda à la galerie L’Oeil Ouvert

Lou Sarda est parisienne, elle a grandi dans un univers de femmes. Totalement autodidacte, Lou fait son oeil de photographe aux travers des sculptures et tableaux de sa mère artiste peintre, puis pendant dix années passées sur les tournages comme comédienne.

Elle travaille entre Paris et Londres, notamment au théâtre de l’Atelier dans les pièces de Woody Allen, mais aussi dans le film anglais « Scenes of a sexual nature ». C’est au retour d’un tournage à Tokyo qu’elle décide de devenir photographe. Ce voyage ayant été un tel choc visuel et esthétique.

Faire des images est alors devenu une évidence, une urgence. Ses rencontres avec différents artistes en tournage ou au théâtre la conduisent naturellement à photographier des acteurs, chanteurs, danseurs. Mais très vite, Lou concentre son regard sur les femmes. Leur corps, leur beauté, leur fragilité, leur grâce. Elle cherche à chaque rencontre avec ses modèles féminins, quel est leur visage secret, intime, où se cache leur enfant intérieur, comment s’exprime leur « femme sauvage ».

Pour définir son travail, certains parlent de « poésie urbaine », « d‘images brutes et oniriques », « sauvages et mystérieuses. » Après un mois à la Celina Gallery au Luxembourg la série « Ophélia » sera exposée à la Galerie l’Oeil Ouvert, 74 rue François Miron Paris 75004, du 9 au 26 juin 2016.

Ce que dit Lou sur cette série photographique:

« Des préraphaélites Millais ou Waterhouse à Odilon Redon, De Rimbaud à nos contemporains Lars Von Trier ou Bashung, ils sont nombreux à s’être emparés du mythe Shakespearien. Ophélia rassemble tous les thèmes que j’aime explorer. Elle est onirique, tragique, poétique, féminine, charnelle, intemporelle, inspirante, envoûtante, symbolique. Elle est sensible, entière, enfantine, mélancolique, amoureuse, spirituelle. Elle existe en chaque femme, comme existe en chacune un enfant intérieur, une “femme sauvage”. Ophélia est une source d’inspiration infinie qui évolue au fil du temps, avec celle qui l’incarne, et celle qui la regarde. Cette belle rencontre avec la jeune actrice Ingrid Juveneton, apparaît comme une évidence : elle serait mon Ophélia. On réalise fin mai 2014, une première séance photo dans un souffle angélique. D’autres moments, d’autres images, et une première présentation d’Ophélia à la Galerie Célina à Luxembourg le 3 mai 2016. Quatre cent ans, jour pour jour, après la mort de Shakespeare.« 

Pour en savoir plus sur Lou Sarda, cliquez ici et sur la galerie l’Oeil Ouvert, cliquez là.
Photos: © Lou Sarda


Galerie


Laisser un commentaire