Focus sur Pieter Hugo

La réputation du photographe sud-africain, Pieter Hugo, n’est plus à faire. En 2005, le remarquable World Press Photo avait fait de lui sa star, en lui décernant le 1er prix dans la catégorie « Portrait » pour sa série The Hyena & Other Men.

Cette année et pour la première fois en France, il a présenté son exposition This Must Be The Place au StimuLtania de Strasbourg. Ayant un réel coup de coeur pour son travail, il me semblait évident de vous le présenter ou de vous le faire redécouvrir. Dans les clichés qui suivent, Pieter Hugo aborde de façon critique, mais toujours très esthétique, les conséquences de l’abolition de l’Apartheid, les politiques postcoloniales, l’impact de la mondialisation et du commerce international, les changements sociaux… Il a également réalisé une série intitulée There’s a Place in Hell for Me and my Friends, dans laquelle il photographie ses amis en augmentant la pigmentation de la peau, par un procédé technique, afin que les visages apparaissent très bronzés voire même brulés. Véritable pied de nez aux images photoshopées que l’on voit de partout.

VICE a réalisé une interview intéressante du photographe, à l’occasion d’une précédente expo à la Haye en 2012, pour la découvrir, cliquez là.

Pour en savoir plus sur Pieter Hugo, cliquez ici.


Galerie


Laisser un commentaire

Commentaires

1
| 6 septembre 2013
  1. Par Sarah |

    Très tendance ces hyènes en laisse… les photos sont plutôt brutales mais du coup marquantes. Merci pour cette découverte !