Graft, série de sculptures éphémères par Atelier 37.2 pour la galerie Temple

Nous venons de recevoir la dernière réalisation du duo franco-italien d’Atelier 37.2. Francesca et Nicolas signent des projets mêlant architecture et art avec pour matériau de prédilection le bois (pour retrouver tous les articles, cliquez ici).

« Graft est une série de sculptures éphémères  – bois et être humain non modifié – réalisée pour la galerie Temple. À l’instar d’un site naturel dans une œuvre de Land Art, le cube blanc de la galerie Temple devient une partie active de l’œuvre. Ce cube est à la fois un site de production et le théâtre qui accueille ces représentations sculpturales.
Une série d’enchevêtrement de tasseaux de bois se succèdent. Ils occupent l’espace de manière organique, évoquant aussi bien un foisonnement végétal que l’architecture d’une toile. Spectres d’un monde virtuel, ils dessinent les traces d’une réalité invisible qui vient troubler la neutralité du cube blanc.

Dans un engagement physique à l’œuvre, des personnages se branchent littéralement aux sculptures qui révèlent des anfractuosités accueillant ou avalant différentes parties du corps. De ces accouplements de l’homme à la matière, naissent une série de chimères sculpturales qui prolongent l’espace clos de la galerie et semblent augurer d’une espèce à venir.
Un monde où l’impact radical et continu de la technologie a fait disparaitre les frontières entre l’humain, l’objet et l’environnement. Une espèce à l’identité fragmentée expérimente l’horizon illimité d’un virtuel qui n’inclut pas la présence physique des corps. Un peu comme si l’espèce était atteinte d’un disfonctionnement récent et inédit, comme s’il fallait retrouver une sensation de présence physique. Ces sculptures rudimentaires explorent une forme de post humanité.

Le monde à l’ère de l’Anthropocène n’est plus uniquement lié à la perspective tri-dimensionelle des images qui représentent un paysage ou un personnage. Il s’appréhende désormais aussi à travers une multitude d’espaces virtuels, qui ont leur perspective propre. Dans cette série nous mettons en scène cette utopie spéculative qu’est l’Anthropocène. Le cube blanc de la galerie devient une matrice à même de générer des paysages technologiques où l’espace, l’homme et l’objet expérimentent de nouveaux équilibres. »

Pour en savoir plus sur Atelier 37.2, cliquez ici.

Graft: Dance of a species to come / by atelier 37.2 from atelier37.2 on Vimeo.


Galerie


Laisser un commentaire