BlazysGérard signe l’aménagement du restaurant Dandy : quand sobriété rime avec raffinement

C’est tout naturellement vers le studio de design d’intérieur BlazysGérard que Michael Tozzi s’est tourné lorsqu’est venu pour lui le temps d’ouvrir son propre restaurant, le Dandy.

Sa demande était claire : il souhaitait un espace accueillant, pas prétentieux, mais avec une touche de raffinement, où l’on se sentirait ailleurs en entrant. Réputés pour leurs réalisations d’espaces de caractère, Alexandre Blazys et Benoit Gérard ont relevé le défi haut la main.

Installé dans le vieux Montréal sur la rue Saint-Jacques, le Dandy est un restaurant ouvert de jour seulement. Ce concept diurne a dès le départ eu un impact sur le travail d’Alexandre Blazys et Benoit Girard. Les deux designers ont en effet opté pour un lieu sobre, mais très lumineux, mettant en valeur les gens. « Dans notre métier, on a parfois tendance à vouloir surfaire, à mettre trop de matière. Avec le Dandy, le défi était justement d’assumer notre peu d’interventions ».

Pourvu d’immenses fenêtres, ce local, à l’origine une compagnie d’assurance, était pourtant très sombre lorsque les deux hommes s’y sont rendus pour la première fois. Inspirés par la fenestration, seuls vestiges de l’ancienne entreprise, ils se sont demandé à quoi aurait ressemblé le hall d’une compagnie d’assurance si elle existait encore. Ils ont alors imaginé le comptoir de service comme si c’était celui d’une banque, le plaçant en évidence, puis la salle à manger, tout en longueur avec deux rangées de banquettes, et enfin la cuisine, au fond du local. Faisant écho aux courbes des fenêtres extérieures, l’idée de construire deux grandes arches pour séparer la salle à manger a également rapidement germé.

Mais surtout, les deux associés ont travaillé la lumière comme ils travaillent le bois. « Pour nous, la lumière est une matière, nous jouons avec elle et la sculptons comme nous le faisons avec n’importe quel autre matériau. » Ils ont installé un plafond en poutres permettant d’obtenir une acoustique adéquate qu’ils ont ensuite recouvert d’une peinture réfléchissante. Ils ont conçu un luminaire géant aux multiples branches, flottant comme un mobile au-dessus de la salle à manger. Chaque table dispose ainsi de son propre éclairage qui, en ponctuant l’espace, fournit l’intimité nécessaire dans cette vaste salle commune. Afin que les visiteurs se sentent à l’abri du va-et-vient de la rue, le bas des fenêtres a été peint en une couleur opaque. Enfin, poursuivant le jeu sur la réflexivité de la lumière, un imposant miroir rond, clin d’œil aux coffres-forts qui se trouvaient auparavant dans le lieu, a été installé.

À l’image de la cuisine de son chef, le restaurant devait respirer l’énergie, la fraîcheur et la simplicité. Les deux associés ont donc privilégié une seule couleur, le jaune-orangé, afin d’ensoleiller l’espace. Au sol, ils ont opté pour un plancher de chêne blanc, très sobre, tandis que le hall d’entrée, en écho aux banquettes, a été pourvu d’un terrazzo coulé sur place. Seules les zones d’interaction avec le personnel, comme le comptoir de service à l’entrée ou le comptoir de bar devant la cuisine, sont identifiées par le rouge.

En savoir plus sur BlazysGérard
Photos: Adrien Williams

source: communiqué de presse v2com


Galerie


Laisser un commentaire