Cassiopée & Andromède par Ludovic Faledam

Cassioppée & Andromède sont deux suspensions aériennes et graphiques créées par le designer français Ludovic Faledam. Il nous explique comment sont nées ces deux luminaires.

« Pour un clip que je réalisais et dont je fabriquais les décors, il fallait que je trouve une manière originale de représenter des nuages. Le nuage étant quelque chose d’aérien, l’objet se devait d’être léger. J’ai eu l’idée des allumettes car ce matériau très fin et calibré, permettait avec un module simple de base, de créer une infinité de formes géométriques en volume. J’ai donc réalisé dans un premier temps ces nuages en allumettes qui malgré leur rigidité structurelle restaient très aériens. De plus, la finesse du matériau et le vide laissé par cette structure ajourée créait une sorte de vibration lorsque nous regardions l’objet et se déplaçait autour.
C’est cette vibration qui m’a plu et incité à jouer avec la lumière et donc d’éclairer ces structures.

J’avais chez moi une suspension avec un globe nu et j’ai donc essayé de l’habiller avec cet écrin géométrique. Après un premier test réalisé de manière empirique, j’ai trouvé une méthode de construction qui me permettait de reproduire le volume à l’identique. J’ai ensuite réalisé plusieurs formes pour finalement en trouver deux qui me satisfaisaient pleinement. Deux étoiles étaient nées : Cassiopée la grande et une plus petite, sa fille Andromède.

La structure faisant vibrer la lumière de l’ampoule m’a fait penser au scintillement des étoiles.
Dans la mythologie, Cassiopée et sa fille Andromède ont été après leur mort placées par Athéna parmi les constellations. J’ai choisi ces deux noms car je trouvais l’image très belle et voulais qu’il y ait dans le nom des lampes un rapport aux étoiles et un lien de filiation entre les deux lampes. »

Elles sont façonnées à la main à Paris par ses soins, en édition numérotée et en vente exclusivement chez SENTOU.
650 € pour la grande, Cassiopée et 480 € pour la petite, Andromède.

Pour en savoir plus sur Ludovic Faledam, cliquez ici.


Galerie


Laisser un commentaire

Commentaires

1
| 29 avril 2014
  1. Par Paul |

    Magnifique !