Cuir de dragon – La Cape de Saint-Junien, co-création Laëtitia Fortin & CRAFT

Il y a une semaine, nous vous présentions les dernières créations de Laëtitia Fortin. Aujourd’hui nous nous intéressons à un projet collaboratif réalisé avec le CRAFT-Limoges, Centre de recherche sur les arts du feu et de la terre.

Cet atelier de recherche et de création contemporaine invite des créateurs du monde entier (designers, artistes, architectes etc.) ayant des pratiques variées à réinventer et développer des projets autour du matériau céramique. Elaborées à partir de matériaux techniques industriels, caractéristiques des dernières avancées technologiques ou de porcelaines plus classiques, les créations du CRAFT transcendent l’art de la céramique.

Laëtitia nous en dit plus sur la conception de cette pièce:

« Designer artisan d’art cuir, j’ai eu carte blanche pour concevoir et réaliser une pièce commune avec le CRAFT de Limoges et la ville de Saint Junien. Pour concevoir cette pièce je me suis imprégnée du patrimoine de Saint Junien. La cité gantière a toujours travaillé le cuir. Cette matière fait partie d’une forte identité dont une autre partie s’éveille tous les sept ans à l’occasion des Ostentions limousines. Cette tradition rassemble la population autour d’une procession rendant hommage aux Saints fondateurs de la ville. Inspirée par ces deux facettes du patrimoine de la ville il me plait d’imaginer une suite à l’histoire de Junien :
« Il est connu que Saint-Junien, vers 500 ap JC, réalisa plusieurs miracles sur le territoire. Il délivra les poitevins du feu intérieur qui les brulait. Il chassa plusieurs démons et il débarrassa la région d’un dragon qui dévorait les bêtes et les humains.

Il est moins connu qu’après avoir tué le dragon, Saint-Junien, fière de sa victoire, utilisa la peau de ce dragon pour s’en faire une cape… »
La pièce est pensée comme une relique des temps passés, récemment retrouvée. Elle permet d’évoquer un légende riche en imaginaire à travers une pièce contemporaine, entre la pièce de décoration et le vêtement de mode. La pèlerine est constituée d’écailles, réalisées en cuir et en porcelaine gaînée de cuir. Ces éléments sont assemblés comme les pièces d’une armure. La porcelaine, dans l’imaginaire collectif si fragile devient cuirasse, seconde peau protectrice contre les agressions. Le cuir quant à lui est à la fois structure et matière d’apparat. La forme et la coupe courte évoque autant les capelets typiques des costumes religieux que les peaux et fourrures portées sur les épaules par les guerriers d’antan telles des trophées. »

Réalisé au CRAFT Limoges en co-production avec le pôle cuir de la Communauté de communes Porteocéane du Limousin, avec la mise à disposition gracieuse du cuir par l’entreprise Decourt Fils, Javerlhac

En savoir plus sur Laëtitia Fortin & le CRAFT-Limoges
Photos: Lionel Mansion


Galerie


Laisser un commentaire