DESIGN >>> SOD_Project par Guillaume Lehoux

SOD_Project par Guillaume Lehoux

Un zoom sur SOD_Project dernière création du jeune designer Guillaume Lehoux, ce projet est actuellement exposé à la biennale du Design de Liège (Belgique).
A noter que ce jeune designer talentueux est actuellement en fin d’étude et recherche des partenaires.

Ce projet nous rappelle également le travail de Frederick Roijé à voir ici.

Origine du projet
Le projet SOD (SOD Project), pour Spiders On Drugs, se base sur une expérience menée par la NASA visant à étudier l’impact de certaines substances psychoactives sur les êtres vivants. Pour ce faire, on a exposé des spécimens d’épeire diadème (araneus diademantus),
une espèce commune d’araignée, à quatre substances différentes: la marijuana, le benzédrine, la caféine et l’hydrate de chlorale pour comparer leurs toiles à celles d’araignées saines.

Présentation du projet et de la démarche
Cette expérience m’a semblé intéressante par les aspects plastiques et graphiques de ses résultats. Les toiles produites par les araignées offrent quelque chose de rare: une visualisation concrète, tangible et comparable des effets de substances agissant sur le comportement d’un être vivant.
Ma réflexion de designer a porté d’un côté sur la façon de réinvestir les dessins des toiles de l’expérience dans un ou plusieurs objets en volume. D’un autre côté, la réflexion a porté sur la recherche d’une typologie d’objets pertinente par rapport à l’environnement de l’expérience, à savoir les domaines de la science/médecine, celui des drogues et celui des araignées.
L’intérêt des démarches, tant celle de la NASA que celle du projet SOD, est dans la comparaison des différents dessins des toiles. S’est donc alors imposée la nécessité de créer une série d’objets qui permettraient de les mettre en rapport et d’en apprécier les différences.
La toile d’araignée est un piège, elle sert à capturer les insectes imprudents qui s’aventurent jusqu’à elle. Pour garder l’analogie du piège dans mon projet, j’ai choisi de créer une gamme «d’objets retenants» (ex:corbeille à fruits, vide-poches, …).
À cette fin, j’ai récupéré les différents motifs et les ai projetés sur une forme quasi-hémisphérique avant de donner du volume au maillage. Ce sont les points du maillage et pas les segments qui sont projetés. Les segments restent droits entre les points. Cela a son importance dans l’esthétique finale du projet. Les objets créés sont à la fois très cohérents et très différents les uns des autres. Le projet SOD interroge et dérange la perception. Mises en volume, les parties manquantes ou lacunaires des toiles viennent perturber l’esprit logique. Les effets des différentes substances psychoactives sont plus visibles encore que sur les dessins à plat des toiles et leurs conséquences, une fois passées en volume, n’en sont que plus flagrantes.
Les différences de densité allègent ou alourdissent les objets. Les formes sont à la fois douces par la rondeur générale des éléments et agressives par certaines parties pointues et par l’austérité de l’ensemble.


Laisser un commentaire