Escapade stéphanoise à l’occasion de la 11ème édition de la Biennale du design

C’est un rituel, tous les deux ans en Mars, le monde du design migre à Saint-Etienne où la ville connait une effervescence inhabituelle durant un mois. Et cette année, elle se drape en plus de rubans colorés qui nous chatouillent la rétine dès l’arrivée en gare !

Qui plus est, un grand soleil nous accueille et nous accompagnera tout au long des deux jours. Direction la Cité du Design, pour découvrir la programmation IN, composée de 15 expositions, de cette 11ème édition sur le thème « Me, You, Nous, créons un terrain d’entente ».

Sous cette thématique assez large, il s’agit avant tout de découvrir et de vivre le design.
– Lisa White, commissaire principale de la biennale, s’est intéressée aux nouvelles formes du design (exposition Systems, not Stuff).

– Fan Zhe, médiateur culturel et autre commissaire, a traité du design chinois à travers un panorama de son histoire entre passé, présent et futur (exposition Équi-libre).

– les étudiants de l’Esadse et de diverses écoles chinoises ont créé une oeuvre évolutive présentant la ville de demain (exposition Stefania).

– des entreprises et des médiateurs ont collaboré pour offrir l’expérience aux visiteurs de se mettre à la place d’un designer le temps d’une journée (exposition Vivre le design – La Platine).

Parmi ces expositions, coup de coeur pour Stefania et sa scénographie d’une ville reconstituée avec son musée, sa mairie, son usine, son fast-food… servant d’écrin aux projets présentés par une trentaine d’écoles françaises et étrangères ayant travaillé avec la Chine.

Autre exposition intéressante, La Table des Négociations, également portée par l’Esadse et son CyDRe, Cycle Design et Recherche. La négociation est symbolisée, dans nos sociétés, par la table. À travers une série d’objets et au cours de performances qui se tiendront à la table centrale, l’exposition donne à voir les points de vue de designers, d’artistes et d’anonymes sur les outils et les difficultés à trouver un terrain d’entente.

L’exposition Dépliages, la technique dévoilée par le design dont Olivier Peyricot, directeur du pôle recherche de la Cité du design, en est le commissaire vaut également le détour ! Vous y trouverez une sélection de produits et services d’entreprises françaises leader dans leur secteur (Décathlon, Michelin…) où le design est présenté comme outil de médiation de la technique vers l’usager.

Pour la suite de la visite, il vous faudra quitter la cité et même Saint-Etienne, pour faire un tour du côté de Firminy, où la magnifique église Saint-Pierre de Le Corbusier abrite une superbe exposition itinérante La Luce conçue par Nemo Lighting. Elle dévoile le travail de recherches et de création autour de la lumière des deux grandes figures de l’architecture et du design que sont Charlotte Perriand et Le Corbusier.

En regagnant Saint-Etienne, stop obligatoire au Musée d’Art Moderne et Contemporain pour se délecter de l’exposition Design et Merveilleux, de la nature de l’ornement. Elle est le fruit d’une collaboration étroite avec le Centre Pompidou et dévoile plus de 100 oeuvres de Starck, Benjamin Graindorge, Andrea Branzi, David Trubridge, les frères Bouroullec, Ross Losegrove…

En deux jours, c’est toujours très difficile de tout voir, surtout sur le parcours OFF, donc n’hésitez pas à vous renseigner sur le site de la Biennale, de nombreux autres lieux sont à découvrir comme le Musée de la Mine, le Musée d’Art et d’Industrie

Cette 11ème édition se veut plus accessible que la précédente, la thématique, très large, laisse place à une réflexion et à une appropriation de chacun. À vous de juger ! Vous avez jusqu’au 22 Avril 2019, ne tardez pas.

En savoir plus sur la Biennale Internationale Design Saint-Etienne
Photos: © Pierre Grasset & Journal du Design


Galerie


Laisser un commentaire