Film « Le bruit des mains / naissance d’un sac »

Nous sommes heureux et fiers de vous présenter notre tout premier film, qui signe le début d’une longue série de vidéos sur les créateurs, designers et architectes qui nous font vibrer. >>> voir notre chaîne vimeo

Pour cette première, nous nous sommes tout naturellement associés à nos amis de Bleu de Chauffe qui nous ont ouvert leurs ateliers. De cette collaboration est né le film « LE BRUIT DES MAINS – naissance d’un sac »

Pour mieux comprendre et appréhender l’univers Bleu de Chauffe, nous vous invitons à lire l’interview :

 

Notre vidéo met en avant les outils et les machines nécessaires à la fabrication de vos produits, pouvez-vous nous dire quelle(s) relation(s) entretient l’artisan avec ces objets ?

C’est une relation très particulière qu’entretiennent nos artisans avec leurs outils.
Chaque outil possède une fonction bien précise, et requiert des aptitudes très différentes, un savoir-faire spécifique.
Nous piquons parfois des épaisseurs de cuir massives qui nécessitent force et précision pour tenir la matière : c’est une opération physique. A contrario, une teinture de tranche sur un empiècement en cuir requiert de la concentration et de la légèreté dans l’exécution du geste.
En règle générale, les machines sont utilisées par tous les artisans en fonction des nécessités de production.
En revanche, les outils à mains sont plus personnels, ils accompagnent souvent l’artisan depuis le début de sa formation, et sont « faits » à sa main : ils se partagent donc rarement.

Pour vous, l’outil est-il au service de la main de l’artisan ou est-ce le contraire?

C’est une question quasi philosophique… Il nous arrive parfois, lors de nos sessions de création ou de prototypages, d’avoir de belles surprises grâce à l’usage d’un outil spécifique qui nous donne un résultat remarquable, et que nous n’avions pas forcément prévu au départ .
Mais au quotidien, l’outil est clairement le prolongement de la main. Chaque opération est maîtrisée, chaque sac est réalisé avec rigueur et dextérité. L’aspect final et sa qualité ne doivent pas varier et l’artisan ne peut se laisser emporter pas son geste et son outil. On peut qualifier de savoir-faire la maîtrise de l’outil et de la matière.

Nous avons été surpris et admiratifs par la multitude de gestes que l’artisan doit maîtriser pour transformer la matière brute qu’est le cuir en un objet fini tel qu’un sac. Pouvez-vous nous en dire plus sur l’apprentissage du geste parfait ?

La Formation est essentielle.
A l’école des compagnons par exemple où on étudie la technique, mais aussi à l’Atelier où il faut savoir analyser le produit pour bien le comprendre, appréhender son style et son esprit pour maîtriser de A à Z tout le processus de fabrication d’une pièce.

Ensuite, le temps, la répétition des gestes, et l’expérience reçue des anciens permettent d’acquérir le geste parfait et de le répéter avec aisance.

Vous avez pris le parti de faire réaliser un produit de A à Z par le même artisan, pouvez-vous nous expliquer ce choix plutôt original ?

Nous avons fait le choix assez rapidement de travailler avec des artisans qualifiés capables de réaliser de A à Z leurs séries de sacs.
Ce mode de fonctionnement est beaucoup plus motivant et valorisant pour chacun.
C’est un pari gagnant qui nous permet de responsabiliser et fidéliser chaque personne, plutôt que de considérer les gens comme des robots interchangeables.
Chaque sac est ainsi daté et signé par l’artisan. Et c’est aussi très apprécié par les acquéreurs d’un sac Bleu de Chauffe, car ils savent que derrière ce sac, il y a de l’humain.
Quand nous parlons d’atelier et d’artisan, ce n’est pas un concept marketing, c’est une réalité.

Nous pouvons voir dans la vidéo que toutes les machines et les outils utilisés ont une âme et une patine, peut-on dire que vous travaillez à la façon des artisans du siècle dernier ?

Le savoir-faire n’a pas tellement changé, une belle piqure main s’effectue de la même manière. Beaucoup de nos machines n’ont plus d’âge, mais elles sont souvent plus précises, fiables et plus faciles à régler que des machines électroniques modernes.
Nos cuirs sont entièrement tannés de manière naturelle à partir d’agents ou de tannins comme l’acacia, le mimosa et le châtaignier. Il s’agit du tannage végétal utilisé par nos ancêtres avant que la chimie lourde et le chrome ne le remplace.
Beaucoup moins polluant et moins nocif, le tannage végétal représente aujourd’hui une infime partie de la production mondiale de cuir, et devient très rare, contrairement au tannage au chrome de plus en plus présent depuis des années sur nos vêtements, chaussures et accessoires.

Quels sont les autres avantages du tannage végétal ?

Nous n’avons jamais rencontré de problème d’allergie, d’irritation ou de démangeaison de la peau avec un cuir tanné végétal. Le cuir tanné végétal est donc plus sain pour le consommateur, ainsi que pour les artisans tanneurs.

Ces cuirs sont certes plus chers, le tannage plus long et plus complexe, mais il sont aussi plus résistant et se patinent mieux avec le temps. C’est un peu magique ( ?) , c’est l’essence du cuir.

Justement, vous sentez-vous comme des gardiens d’un savoir-faire en voie de disparition ou révolu ?

Ce serait présomptueux que de se considérer comme les gardiens d’un savoir-faire qui est en effet précaire. Mais en bons citoyens responsables, nous contribuons à notre niveau à développer un atelier de production, et à faire vivre des artisans grâce à leur métier.
C’est également ce qui plait à nos clients, en France et à l ‘étranger.

Votre atelier se trouve dans une zone rurale de l’Aveyron, pourquoi avoir choisi cette région et cet environnement de travail ?

C’est tout d’abord une région magnifique!
Mais c’est surtout une région de tradition du cuir, en particulier à Millau ou l’on trouve encore des mégisseries et ganteries. Les écoles formant aux métiers du cuir existent,
il y a donc une culture du cuir et un savoir faire qui perdurent.
Pour nous, c’est le lieu idéal pour développer notre activité, embaucher et travailler dans de bonnes conditions.

Pouvez-vous nous parler de la façon dont vous appréhendez les outils modernes dans votre processus de fabrication, de vente et de communication ?

Bleu de Chauffe s’est très vite développé à l’international et nous envoyons chaque jour nos produits un peu partout dans le monde. Notre fabrication est artisanale, locale et limitée, mais nous utilisons tous les moyens modernes pour communiquer, se faire connaître et ainsi se développer via nos distributeurs à l’étranger ou notre e-shop.
Internet a bien sûr révolutionné nos modes de communications via les blogs ou les réseaux sociaux, les frontières n’existent plus et nous nous sentons aussi proche de là ou nous sommes de nos clients français que Taiwanais.
Nous améliorons aussi nos outils logistiques afin d’assurer la meilleur qualité de service possible et pour nous concentrer sur nos métiers que sont la création et la fabrication.

Le total « made in France » est-il pour vous un enjeu marketing ou une évidence ?

Ce projet collectif n’était pas évident à monter au départ, mais il est devenu, grâce aux efforts de toute l’équipe, un projet viable.
Comme vous avez pu le constater en venant à l’atelier, il y règne une très bonne ambiance car nous sommes tous passionnés par notre métier. Le plaisir de travailler dans le sud de la France, de s’inscrire sur un territoire dans la durée, comme nous l’avons choisi est devenu une évidence.
L’enjeu marketing existe et nous devons travailler sur ce point en expliquant comment nous fonctionnons.
Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous souhaitent consommer différemment, de manière responsable.
La provenance, la qualité, et la durabilité sont des arguments aussi importants dans notre acte d’achat que le beau ou le bon. Nous pouvons parler d’enjeu marketing, mais ces caractéristiques parlent autant au consommateur Français que Chinois ou Américain.

Vous comptez de très belles collaborations, qu’est-ce qui vous rapproche et/ou vous a séduit chez Blitz, Calepino, Cycles Angot… ?

Blitz Motorcycles, Calepino ou Cycles Angot sont des marques que nous aimons et qui sont proches de notre univers. Ces collaborations sont avant tout des rencontres entre passionnés et nous permettent de nous confronter sur un terrain de jeux stimulant pour nos créations. L’artisanat, la création, la passion et l’amour du travail bien fait sont les ponts qui nous rapprochent.

Pour conclure, pouvez-vous nous décrire en quelques mots l’ADN Bleu de Chauffe ?

L’ADN de bleu de chauffe c’est un esprit workwear dans la réinterprétation des sacs de métiers.
Des sacs et accessoires fabriqués en France par des artisans où chaque pièce Bleu de Chauffe est datée et signée par l’artisan qui l’a conçue.
Un choix fort: des cuirs et le tannage végétal. Tous nos cuirs sont transformés avec des agents naturels, acacia, mimosa, châtaignier, garantissant la meilleure patine pour votre produit.


Galerie


Laisser un commentaire

Commentaires

3
| 5 mai 2015
  1. Par Vincent Blog Esprit Design |

    Oo top ! Bravo

  2. Par jackie Caruana |

    Trop fière d’avoir un sac de voyage BdC qui me suit partout et qui a déjà pas mal voyagé…

  3. Par Paul |

    Belle initiative de réaliser ces vidéos sur nos jeunes artisans et créateurs français ! Pour la prochaine vidéo je suggère d’explorer l’atelier des jeunes créateurs de mobiliers que sont Nicolas & Nicolas ! Ils font un travail superbe, 100% artisanal et made in france. A découvrir ! (nicolasetnicolas.com)