Le Cube by AR, projet de mobilier ludique imaginé par le studio d’architecture AR

Le Cube est la brique élémentaire de tout projet architectural. Il façonne le design d’espace, et s’impose parfois comme une limite dans l’espace pour l’utilisateur.

Et si cette brique devenait au contraire un relai de créativité ? S’il était possible de moduler cette base selon l’espace pour créer des volumes et structures uniques et orientées utilisateur ? C’est dans cette idée que Le Cube by AR a été imaginé : un mobilier modulable, responsable, et capable de changer de forme selon l’espace et l’envie de son propriétaire.

Usiné dans un contreplaqué de peuplier, Le Cube peut devenir tour à tour au gré des envies des utilisateurs, chaise, table basse, gradins, cloison/bibliothèque, rangements, estrade ou même plafond. Munis d’aimants pour faciliter les positionnements dans les trois dimensions, ils reprennent le principe du tenon de la mortaise pour garantir un assemblage d’une grande solidité. L’unique limite de construction est la créativité de l’utilisateur, à l’image du jeu de construction Minecraft ou de la logique d’assemblage de Tetris.

Inspiré des think lab outre-Atlantique, le projet du Cube suit un processus de développement semblable à celui des dotcom companies. La synergie et la complémentarité des talents fondateurs du projets se développent au fur et à mesure que la communauté des Cubeurs s’agrandit.

Le Cube sera disponible à la vente uniquement en ligne sur le site internet officiel début 2017, autour de 200€ pièce. Une campagne de crowdfunding a été lancée, pour en savoir plus cliquez là.

Pour en savoir plus sur Le Cube by AR, cliquez ici.

source: formulaire de contact


Galerie


Laisser un commentaire

Commentaires

1
| 22 novembre 2016
  1. Par AlexD |

    Bonjour,

    À 200€ / pièce, sommes nous encore dans l’esprit DIY qui est sous-jacent à ce type de projet ?

    En combinant avec imagination des modules Ikea on peut créer des objets similaire pour un quart du prix (sans doute même moins).

    Le public de telles solutions, ce ne sont pas les bobos, selon moi, mais les étudiants, par exemple. Et pour eux, le placement prix est aberrant.