Projet Joe par Nicolas Schmitt et Hélène Casado

Nicolas Schmitt, jeune designer produit de 22ans, nous a contacté pour nous présenter l’un de ses derniers projets Joe, réalisé en partenariat avec Hélène Casado. Le Design est pour lui un processus de création conjuguant forme, environnement et utilisateur, pouvant anticiper de nouvelles situations.

Ce que disent Nicolas et Hélène sur ce projet: « Dans un contexte où l’évolution des médiathèques ne scinde plus les espaces, l’étude anthropologique de celle de Vienne (Le Trente) nous permet de constater que la présence d’autrui est perçue, par beaucoup de visiteurs, comme une nuisance sonore.
Plus qu’un simple objet, Joe devient une expérience sensorielle, placé à coté de soi il nous immerge dans une bulle fictive. Constitué d’un bandeau lumineux, il signale une zone de calme et de travail. Mais si le bruit est une cause de perturbation, celui-ci émet en continue un bruit blanc, un voile sonore qui permet au cerveau de se caler dessus et ainsi de ne plus être gêné. Ce son est simplement la somme de toutes les fréquences audibles par l’oreille humaine portées à la même intensité. 
Joe permet en fin de compte d’améliorer le confort à l’échelle personnelle pour accentuer globalement l’«être ensemble» à la médiathèque. Une solution efficace pour se retrouver dans sa bulle !

Pour en savoir plus sur Nicolas Schmitt, cliquez ici.
Crédit: Hélène Casado (interactive designer)


Galerie


Laisser un commentaire

Commentaires

5
| 27 janvier 2014
  1. Par Chris.M. |

    Notre désigner en herbe sait-il que le bruit blanc est parfois utilisé comme arme de torture? Après une période d’exposition prolongée au bruit blanc l’oreille devient insensible aux micro-réverbérations, ces petites échos qui nous permettent de nous situer dans une pièce les yeux fermés. Cela agît aussi sur l’oreille interne et donc l’équilibre. Au final l’exposition au bruit blanc nous désoriente en nous faisant perdre nos repères dans l’espace.

    Difficile de ne pas faire le parallèle avec les chambres sourdes (ces espaces sous terre absolument silencieux et sans réverbération). L’individu n’y reçoit aucun retour sonore ( ou feedback) de ses actions. Il en résulte l’apparition d’un sentiment d’insignifiance au bout de quelques dizaine de minute.

    Plus simplement et pour tenter l’expérience, il suffit d’allumer sa radio, de mal régler la station afin d’entendre un « CHHHCCCRRRRRRR » continu et monotone…. ce bruit blanc permet-il vraiment de se concentrer? pour ma part j’en doute, ça me donnerait plutôt envie de balancer l’appareil en question…

    N’y aurait-il pas plus à chercher du côté des méthodes permettant de faire disparaître certains sons perturbants par une technique d’opposition de phase?

  2. Par Casado Hélène |

    Bonjour Chris,

    Votre remarque est tout à fait avéré. Pour autant si les attributs du bruit blanc peuvent dans les cas d’isolement et de torture conduire à des ablations auditives, ils sont aussi le remède à des sensations auditives comme les acouphènes parfois pathologiques. Ainsi ce n’est pas tant l’objet bruit blanc qui est à craindre que son utilisations et sa contextualisation particulière.

    Par ailleurs, quant aux reproches légitimement ressentis d’un son nuisible et insupportable, nous avons travailler avec plusieurs sujets sous ambiance sonore de bruit blanc, brun et rose à ampleurs variables.
    Il en résulte que le bruit blanc permet de se concentrer lors d’une expérience solitaire et d’une concentration sur un objet spécifique (non sonore). Lors d’une conversation ou d’une concentration multiple, la diffusion de bruit blanc vient parasiter l’échange. Lorsque vous écoutez votre radio. Votre concentration essaye de se focaliser sur l’objet « écoute de contenus » et le bruit blanc vous capte davantage ce qui produit votre sentiment d’exaspération.

    Joe est un objet qui s’utilise dans un cadre spécifique en proposant un repli sonore pour ceux qui, dans un espace bruyant, souhaitent s’y retrancher temporairement. Il diffuse localement (dans un radians d’un mètre) et son volume pourra être modulable. Il ne s’agit donc pas d’une diffusion continu à grande ampleur comme elle est pratiqué dans les salles d’isolement.

    la technique d’opposition de phase que vous évoquiez m’intéresse assez. Pourriez-vous nous en dire davantage ?

  3. Par Janine |

    Bonjour Chris,

    J’ai été très surprise par l’agressivité que vous avez exprimé face à un travail réalisé par des jeunes designers.

    Savez vous que la lumière blanche a été utilisée comme moyen de torture, que les micro ondes peuvent être nocives, que les fréquences émises par les téléphones portables sont sujets à polémique, que si vous traversez la route vous pouvez vous faire écraser et que le plus grand nombre de mortalité est dans un lit. Faut-il bannir les ampoules, les téléphones portables, les routes, les lits… ? Tout est dans l’utilisation. Je ne mettrais jamais mon chat à laver dans ma machine à laver.

    Prenons un peu de recul, jadis on brûlait les gens qui disaient que la terre était ronde,

    Le bruit de la radio comme vous le cité « CHHHCCCRRRRRRR » continu je l’entend souvent et cela sans bruit blanc mais juste pour un problème de réception.

    Votre réaction m’apparaît démesurée face à un simple article et vous semblez crier au loup pour je ne sais quelle raison (qui m’intéresserait ).

    Prenez votre plume ou plutôt votre énergie pour défendre des causes plus importantes. Si l’imagination vous manque n’hésitez pas à me contacter.

  4. Par Márcio Alcântara |

    Please
    Where can I buy it? Seriously I Want 4.
    Thank you.

  5. Par daniele sechi |

    i’d really like to buy it(i need it),is it possible yet?
    bye
    daniele