La Montgolfière, Gros Bao, Union, Liberté, Octave, Dalia, ces restaurants, boulangeries… font partie des hotspots les plus prisés des Parisiens et ils ont un point commun : l’agence d’architecture MUR.MUR fondée en 2010 par Lucie Rosenblatt et Benoît Huen.

Après des études en arts plastiques, Lucie Rosenblatt se passionne pour l’architecture et intègre la prestigieuse École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette. Elle y rencontre Benoît Huen, fraichement formé au métier de plasticien à l’École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art Olivier de Serres.

Une fois diplômés, les jeunes architectes exercent leur activité séparément durant 5 ans : Benoît planche, entre autres, sur des projets d’infrastructures ferroviaires en France et en Chine tandis que Lucie travaille en tant que maître d’oeuvre pour des chantiers de décorateurs renommés. Forte de cette expérience de la conception à la réalisation, cette dernière ressent l’envie de créer sa propre agence et invite naturellement Benoît à la rejoindre.

Au sein de l’agence MUR.MUR, le duo aime aborder des projets hétéroclites, se questionner sur la mémoire d’un lieu et sa modénature pour mieux l’inscrire dans son nouvel usage. Passé et présent dialoguent avec élégance et sobriété.

Le dernier né de l’agence se prénomme Dizen, une adresse de street food israélienne située dans le quartier de South Pigalle. MUR.MUR a relevé le défi d’une échoppe de poche qui se démarque.

L’espace d’à peine 20 m2 a été transformé en une sorte de capsule spatio temporelle ultra bleutée rappelant les couleurs de la Méditerranée et des origines de cette cuisine gourmande et chaleureuse ; ils y ont aussi introduit une anamorphose placée au centre de la capsule.

Blanchie à la chaux, la façade aux contours arrondis, décorée d’une installation lumineuse, crée un effet de surprise et attire directement l’oeil. Le duo l’a imaginée comme une transition visuelle entre la rue et l’espace intérieur. Un écran de cinéma grandeur nature pour s’évader vers la Méditerranée. A l’intérieur, du sol au plafond, un carrelage all over bleu ciel évoque le bord de mer. Un lieu urbain et décalé qui nous transporte, l’espace d’un instant, en plein Tel Aviv…

Du côté des papilles, Dizen propose probablement la carte la plus courte de Paris puisque le sabich est la seule et unique star au menu. Une recette hivernale et une recette estivale. Mais bel et bien un seul et unique sandwich à la carte ! Les plus gourmands pourront se régaler de petites boulettes de falafels maison et frites minute à la commande.

Mais vous allez me dire, qu’est-ce donc q’un sabich ?
La base du sabich c’est : pain pita, aubergine, pomme de terre, oeuf dur, tomate, concombre, oignon blanc, tahina, amba et herbes fraîches.

Alors le sabich de Dizen c’est plutôt : LE meilleur pain pita d’Israël, aubergine fondante et frite minute, pomme de terre samba cuite à basse température dans un bouillon oriental, oeuf cuit mollet et infusé toute une nuit dans le bouillon oriental, betterave chiogga cuite en croûte de sel (remplace la tomate en hiver), cèleri croquant (remplace le concombre en hiver), tahina maison, zhoug maison (préparation à base de piment, ail et coriandre), amba maison (sauce à base de mangue), mélange d’herbes fraîches.

MIAM !

Articles similaires

Stone House, maison sur les contreforts des Andes

Une pierre avec de l'oxyde de fer a été choisie, et de là est né un refuge intemporel d'acier corten.

Bois Debout, un mini-paysage à habiter

YokYok a voulu créer un paysage miniature tout en jouant avec la lumière zénithale sans l’obstruer. Le lieu devient ainsi un point de rencontre pour lire, discuter...

Modernisation de maisons traditionnelles chinoises en pisé

MDO a à la fois modernisé avec sensibilité six maisons existantes et conçu deux bâtiments en béton supplémentaires