Direction la capitale danoise et plus précisément son port aux eaux cristallines pour découvrir « Dyppezone » des infrastructures durables, mobiles et flottantes permettant aux citoyens de prendre un bain en toute sécurité.

Composée de huit modules flottants assemblés autour d’un bassin en son centre, la structure est équipée d’un fond modulable qui peut être levé et abaissé selon la saison et les besoins.

« De cette façon, Dyppezone peut être utilisé à la fois comme piscine pour enfants en été et comme bassin d’eau froide en hiver. »

Contrairement aux zones de baignade permanentes du port de Copenhague, Dyppezone est une petite unité mobile qui peut facilement se déplacer dans le port, que ce soit dans les zones de baignade existantes ou en lien avec des événements et des saunas installés à quai.

Le projet fait suite au succès d’un prototype d’île artificielle appelée CPH-Ø1, qui sera bientôt rejoint par trois autres constructions pour un projet ludique intitulé Îles de Copenhague, et surnommé « Parkipelago ».

Dyppezone est revêtu de bois durable et est gratuit pour tous les baigneurs de Copenhague, qui recherchent un moyen confortable et sûr de nager dans le port.

Articles similaires

Hub of Huts, le village à l’envers

De l'observation du paysage environnant reflété dans la piscine, le concept a pris vie : matérialiser ce que l'on voit se refléter à la surface de l'eau

Résidence La Jetée aux abords du lac Memphrémagog

À l’image d’une grande aile déployée, la toiture architecturale suit la volumétrie dictée par le programme. Elle s’élance et se plie telle une voile au rythme du vent.