Dans l’essai visuel que l’on vous présente aujourd’hui le designer et architecte basé à Oslo, Per Carlsen, crée des mondes surréalistes combinant son expérience dans l’art et l’illustration avec sa maîtrise en architecture.

Les scènes parfois inquiétantes, parfois apaisantes mais toujours impressionnantes de Carlsen représentent des formes colossales dans un monde presque post-humain.

En parallèle de ses études, Per Carlsen a dessiné plusieurs études spatiales, où architecture et art se confondent.

« C’est quelque chose qui me passionne et qui est un moteur important pour mon développement dans le domaine de l’architecture. »

Présentant souvent une figure solitaire contrastant avec d’énormes structures architecturales, Carlsen crée des scènes post-civilisation que nous pourrions souvent associer à la fin du monde.

Notre dépendance technologique croissante et la crise climatique grandissante passent ainsi au premier plan. Le monde créé par Carlsen est paradoxal… Avec de hautes grottes imposantes, des bâtiments en béton ondulés et des plateformes d’observation, ainsi que des monuments et des lieux de culte éthérés, l’architecte conçoit quelque chose de familier mais d’étrangement inconnu en même temps. Explorer ces énigmes est précisément le but.

Articles similaires

Hub of Huts, le village à l’envers

De l'observation du paysage environnant reflété dans la piscine, le concept a pris vie : matérialiser ce que l'on voit se refléter à la surface de l'eau

Résidence La Jetée aux abords du lac Memphrémagog

À l’image d’une grande aile déployée, la toiture architecturale suit la volumétrie dictée par le programme. Elle s’élance et se plie telle une voile au rythme du vent.