Pour sa dernière réalisation sud-tyrolienne, noa* revient à l’hôtel Hubertus à Olang, l’un des premiers lieux à avoir révélé la puissance expressive du studio.

Lorsque noa* a conçu la piscine en porte-à-faux pour Hubertus en 2016, le studio l’a imaginée comme un rocher échoué entre terre et ciel. En 2019 une nouvelle mission a été confiée aux architectes, la conception d’une extension dédiée au bien-être. Ce n’était pas une tâche facile pour un bâtiment qui avait déjà trouvé son symbole dans la piscine, mais cela a servi d’inspiration pour le nouveau projet dont le résultat défie la loi de la gravité.

De l’observation du paysage environnant reflété dans la piscine, le concept a pris vie : matérialiser ce que l’on voit se refléter à la surface de l’eau, comme si l’image était un rendu transitoire prêt à être converti en réalité.

C’est un concept qui joue avec la ligne d’horizon, la perception à l’envers, et les points de vue. La nouvelle structure est située sur le côté sud-est de la façade. Comme la piscine, celle-ci est également détachée du bâtiment principal : la plateforme plane à 15 mètres au-dessus du sol et est soutenue par deux piliers habillés de rondins de mélèze, semblables à ceux qui ponctuent la façade arrière.

Les visiteurs accèdent à l’espace bien-être par une passerelle suspendue, qui s’ouvre simultanément sur l’espace détente nouvellement construit, pouvant accueillir jusqu’à 27 personnes. Sur la plateforme, des microstructures individuelles avec des toits à pignon accueillent le programme fonctionnel sur deux niveaux. Un élément surprenant est le niveau inférieur, où l’horizon subit une rotation de 180°.

Les deux niveaux se caractérisent par un traitement différent de l’intimité, avec principalement des espaces exposés au-dessus et des espaces protégés en dessous.

À l’étage supérieur se trouvent deux bains à remous, deux douches panoramiques et un vestiaire. L’étage inférieur abrite deux saunas et une piscine extérieure, d’où le regard peut balayer le paysage environnant. La décision de travailler avec des toits à pans inversés est un choix motivé par des raisons formelles et fonctionnelles : d’une part, le désir de reproduire l’architecture d’un village de montagne, et d’autre part, la nécessité pratique d’allouer dans le toit inversé la système de purification d’eau dans le cas de la piscine et les gradins dans le cas du sauna.

De plus, le décalage des cabanes et l’orientation alternée des faîtages du toit permettent une vue à 360° sur le paysage, véritable pièce maîtresse du projet. Le choix des couleurs et des matériaux est en harmonie avec le paysage montagnard : des panneaux d’aluminium aux tons bruns naturels habillent les cabines, ainsi que l’épaisseur de la dalle, qui est formée par une structure de poutres porteuses en acier. Le système de brise soleil qui masque les fenêtres est également du même matériau et de la même couleur.

 » Un projet où la force de gravité semble s’évanouir pour faire place à des scénarios inattendus. »

Articles similaires

Looking Glass Lodge, havre de paix en pleine forêt

De grandes fenêtres inondent le lodge de lumière et procurent une sensation de transparence, offrant aux visiteurs des vues lointaines et une chance de s'immerger dans la forêt.

Achioté, deux villas au coeur de la forêt tropicale au Costa Rica

les villas sont encastrées dans un terrain escarpé, à 300 mètres au-dessus de l'océan. L'intention de l'architecte était de concevoir des maisons durables avec des intérieurs biophiliques.

Rénovation d’un chalet au bord d’un lac au Québec

Le projet a été conçu pour accueillir des espaces de détente en étroite relation avec le lac.