Édouard Brunet est un architecte français qui a travaillé dans plusieurs agences françaises et belges avant de s’installer comme indépendant à Bruxelles voilà presque dix ans.

Présenté à plusieurs reprises, le travail d’Édouard associe avec beaucoup de finesse et de justesse des volumes harmonieux, une lumière naturelle abondante, une combinaison de matériaux maîtrisée et une continuité entre intérieur et extérieur soignée.

Voici donc, sa toute dernière réalisation en date, un projet conçu en collaboration avec Julie Duchateau.

C’est au sommet d’un immeuble bruxellois, que les deux architectes ont imaginé un duplex lumineux et vivant. Ils ont agrandi un petit appartement insalubre en réactivant des greniers inutilisés et une toiture sans vie.

La conception s’est appuyée sur une lecture attentive des qualités de l’existant : la vue sur la capitale au Nord, la lumière abondante du versant Sud de la toiture, une toiture plate dominant la ville, un volume sous toiture généreux et des matériaux existants chaleureux et texturés.

Le duplex a été inversé pour que les pièces de vie, placées tout en haut, soient lumineuses et bénéficient d’une vue sur la ville. La suppression des murs et planchers au dernier étage a permis de révéler l’espace disponible. L’isolation de la toiture a été placée à l’extérieur de la structure afin de gagner en volume et faire apparaître la charpente existante qui a été adaptée.

Une grande verrière au sud et des velux en toiture nord et sud diffusent une lumière homogène et abondante. Enfin la toiture à l’arrière a été rehaussée par un nouveau volume entièrement ouvert vers la terrasse et le panorama au Nord. La continuité entre l’extérieur et l’intérieur est renforcée par l’encastrement des montants de châssis afin que toutes les surfaces (meubles, sol et murs) se prolongent vers l’extérieur.

Le volume est structuré par quelques grands meubles périphériques : une banquette dans toute la largeur et sous la verrière afin de profiter de la vue sur le ciel, de la chaleur des rayons du soleil et de la vue sur la ville à travers l’appartement et la terrasse.

Dans la longueur s’installe un long meuble qui regroupe un bureau, des rangements et la cuisine qui se prolonge à l’extérieur par un rangement. La cuisine est complétée par un îlot central massif. Dans l’autre largeur prend place la bibliothèque qui reprend les quelques marches amovibles donnant accès à la terrasse et qui assure la transition avec le palier de l’escalier qui mène au 4ème étage.

La lumière abondante, le volume, la végétation et les vues multiples permettent de se sentir à l’intérieur comme à l’extérieur.

La toiture plate a été pensée comme un lieu vivant. Une pièce en plus pour les habitants avec la terrasse et un lieu de vie pour les animaux avec le potager qui attire les abeilles, coccinelles, scarabées, oiseaux… Ce jardin suspendu est planté d’une végétation comestibles pour les humains et les animaux.

Pour garantir la vue sur la ville, un garde corps transparent a été installé sur le pourtour de la terrasse et du jardin.

Dans cette volonté d’ouvrir l’espace, un axe visuel vertical parcourt tout l’appartement. Il accueille le visiteur dès l’entrée au troisième étage pour conduire son regard jusqu’au ciel par une des fenêtres de toit au 5ème étage. Le regard traverse ainsi plusieurs niveaux et la lumière naturelle vient éclairer l’entrée avec douceur.

Le 4ème étage, où s’installent les chambres et salles de bain, reprend la même logique d’ouverture. Ainsi de grands axes visuels traversent horizontalement toute la profondeur de cet étage pour se prolonger par la vue sur Bruxelles à l’arrière et sur la cime des arbres de l’avenue à l’avant.

L’immeuble n’échappe pas à la configuration du « trois pièces en enfilade » caractéristique des constructions du XXème siècle à Bruxelles. Afin d’installer les chambres le long des façades, les pièces d’eau et techniques sont regroupées dans un bloc installé au centre du logement. Ce grand meuble habité intègre les dressings de part et d’autre. Il dissimule également les portes coulissantes des chambres qui restent ouvertes tout au long de la journée pour profiter des vues traversantes et amener de la lumière naturelle dans le hall.

Ce hall est assez grand car il donne accès à toutes les pièces de l’étage et constitue le hall d’accueil de l’appartement. Il profite de plusieurs sources indirectes de lumière naturelle. Cette disposition avec un espace de distribution ouvert sur d’autres pièces permet aux habitants de profiter de toute la surface de l’habitation au quotidien.

L’une des chambres à l’arrière est située sous le potager. Elle remplace la cuisine et la salle de bain d’origine qui ont été regroupées. Tout comme le reste de l’appartement, l’ambiance de cette chambre est marquée par les matériaux existants qui ont été maintenus.

Dans le même esprit les salles de bain et une des chambres laissent apparaître une ancienne publicité qui avait été peinte sur le mur mitoyen avant la construction de l’immeuble. Cette immense peinture occupe le mur sur toute la hauteur du bâtiment et a été conservée dans les appartements des niveaux inférieurs.

Articles similaires

e-House, résidence unique et innovante à Tokyo

cette maison tente de se glisser dans une parcelle vide de la ville, sans couper la communication avec l'environnement.

Looking Glass Lodge, havre de paix en pleine forêt

De grandes fenêtres inondent le lodge de lumière et procurent une sensation de transparence, offrant aux visiteurs des vues lointaines et une chance de s'immerger dans la forêt.

Achioté, deux villas au coeur de la forêt tropicale au Costa Rica

les villas sont encastrées dans un terrain escarpé, à 300 mètres au-dessus de l'océan. L'intention de l'architecte était de concevoir des maisons durables avec des intérieurs biophiliques.