Les architectes espagnols Andrés Jaque et Miguel Mesa del Castillo ont construit une maison, à la périphérie de Murcie, soucieuse du climat désertique local. Jaque est connu pour son approche expérimentale et éco-consciente de l’architecture.

Rambla Climate-House est érigée sur pilotis au-dessus d’un paysage sauvage, conçue pour préserver l’humidité du sol du site et rajeunir sa biodiversité.

La topographie fissurée est calquée sur les ravins – ou « ramblas » comme on les appelle en espagnol – qui existaient avant que la zone de Molina de Segura ne soit aplatie et urbanisée. Le projet est né lorsque Miguel Mesa del Castillo a été invité à construire ici une maison familiale pour son frère et sa belle-sœur.

Plutôt que de suivre le modèle de banlieue typique, l’architecte a invité Jacque et son studio basé à New York, Office for Political Innovation, pour l’aider à explorer une nouvelle approche.

En collaboration avec l’experte en sols María Martínez Mena et les écologistes Paz Parrondo Celdrán et Rubén Vives, les architectes ont développé une conception qui utilise à la fois des approches high-tech et low-tech pour inverser les dommages de l’urbanisation.

En plus d’élever la maison du sol, ce qui permet de régénérer le terrain en contrebas, l’équipe de conception a ajouté un système d’irrigation intelligent et respectueux de l’environnement. Ce système intelligent utilise les eaux usées pour atteindre un niveau d’humidité du sol approprié, basé à la fois sur les données des capteurs et les rapports météorologiques.

Comme l’expliquent les architectes, les ravins sont plus efficaces pour préserver l’humidité du sol qu’un sol plat, c’est pourquoi les plantes sont capables de survivre pendant de longues périodes de sécheresse. Les ravins du projet ont été créés artificiellement à l’aide de terre excavée pour créer la seule zone plate de toute la propriété – un abri à l’entrée.

En l’espace d’un an, les ramblas abritent palmiers, figuiers, lentisques, plantes et graminées, et diverses espèces d’animaux, d’oiseaux et d’insectes. L’architecture de la maison a été conçue pour tirer parti du cadre paysager inhabituel et pour réduire les coûts.

« La Rambla Climate-House fonctionne comme un dispositif climatique et écologique.

Il collecte les précipitations mises en commun de ses toits et les eaux grises de ses douches et éviers, pour les pulvériser sur les vestiges de la rambla et régénérer leur ancienne constitution écologique et climatique. »

Les murs extérieurs sont tous revêtus d’acier galvanisé à l’exception de ceux qui font face au jardin biodiversifié, qui sont formés de vitrages du sol au plafond. Au-delà de la façade vitrée, un balcon en marbre offre un coin salon refroidi passivement, tandis qu’un serpentin solaire donne à la maison une source d’eau chaude économe en énergie.

À l’intérieur, les pièces sont disposées en séquence pour que le jardin soit visible de partout. Les espaces de vie sont situés à une extrémité du bâtiment, tandis que trois chambres se trouvent à l’autre extrémité.

Une teinte vert pomme frappante colore à la fois les murs intérieurs et le dessous du toit, assortie aux plantes visibles à l’extérieur.

Articles similaires

Looking Glass Lodge, havre de paix en pleine forêt

De grandes fenêtres inondent le lodge de lumière et procurent une sensation de transparence, offrant aux visiteurs des vues lointaines et une chance de s'immerger dans la forêt.

Achioté, deux villas au coeur de la forêt tropicale au Costa Rica

les villas sont encastrées dans un terrain escarpé, à 300 mètres au-dessus de l'océan. L'intention de l'architecte était de concevoir des maisons durables avec des intérieurs biophiliques.

Rénovation d’un chalet au bord d’un lac au Québec

Le projet a été conçu pour accueillir des espaces de détente en étroite relation avec le lac.