La région de Charlevoix, connue pour son relief accidenté et ses paysages spectaculaires, a récemment hérité d’un tout nouveau projet d’hébergement touristique. Réflexion est issue du travail de Bourgeois Lechasseur / architectes, studio québécois qui se démarque, depuis quelques années, avec ses projets pour le moins inhabituels.

Réflexion, qui s’insère en pleine forêt, regroupe deux unités résolument contemporaines. Ces chalets identiques ont été construits sur un terrain plat situé à proximité du Massif Petite-Rivière Saint-François, l’une des stations hivernales les plus populaires au Québec.

Plutôt que d’offrir aux vacanciers le théâtre de vues à couper le souffle, les architectes ont opté pour un contact intime avec la forêt avoisinante. Le design s’inspire d’une volonté de créer un lieu qui soit à peine perceptible parmi les arbres.

Un chemin de pierre, traversé par des sentiers pédestres, permet d’atteindre l’aire d’arrivée et de stationnement commune. Non loin de là, à une cinquantaine de mètres l’un de l’autre, se trouvent les deux chalets qui se tournent le dos pour mieux préserver leur intimité.

L’un se tourne vers l’est et l’autre vers l’ouest. Chacun possède une longue façade vitrée qui, telle un miroir, reflète la nature environnante. Sobrement revêtues de planches de couleur sombre, les trois autres façades renforcent cette impression d’immersion totale dans la forêt.

Amoureux de la nature et soucieux du sort des oiseaux, attirés par les parois de verre, les clients ont accordé une attention toute particulière à la recherche de moyens qui préviennent les collisions.

La solution trouvée ? De simples petits repères apposés aux parois vitrées, un produit approuvé par la Société Audubon et par divers regroupements de protection des oiseaux. À peine perceptibles par l’œil humain, ces minuscules repères suffisent à réduire considérablement les collisions.

L’accès vers chacune des unités se fait sur le côté. La porte d’entrée semble aspirée de l’intérieur, geste qui rompt momentanément l’orthogonalité des lieux. Les revêtements, parois aux teintes sombres et plafonds de pin clair, se rejoignent de part et d’autre du mur d’entrée.

Le passage de l’extérieur vers l’intérieur devient fluide. Conçue pour un groupe de six personnes, chaque unité se veut chaleureuse, offrant une aire de vie avec foyer, deux chambres fermées et une salle de bain luxueuse. Les vacanciers disposent également d’un spa à l’extérieur.

Dans un désir de simplifier le processus de construction, les architectes ont eu recours à la préfabrication. Chacune des deux unités a été divisée en deux modules, lesquels ont été construits en atelier avant d’être expédiés sur place. L’assemblage, en principe simple, a comporté son lot de difficultés, notamment en ce qui a trait aux divers systèmes mécaniques.

L’opération s’est cependant bien déroulée grâce à une coordination minutieuse et à la présence de travailleurs compétents sur le chantier. Deux interventions, par ailleurs, ont dû se faire sur place : la coulée des planchers de béton radiants et l’installation des deux façades vitrées.

Articles similaires

MP House, maison pour un couple de designers en Indonésie

Ces deux zones sont séparées par un jardin sec qui offre une ventilation adéquate et un éclairage naturel.

Casa del Calvari, l’architecture traditionnelle valencienne

Dans ce projet, nous essayons de préserver autant que possible, en laissant des vestiges des éléments d'origine en hommage à ceux qui ont construit, reconstruit ou habité cette maison.

Casa Escondida, maison minimaliste en béton

Deux puits de lumière à travers le toit en béton permettent la circulation et la ventilation de la lumière et de l'air dans toute l'habitation.