Lovée sur le flanc sud du mont Shefford, au Québec, cette résidence est morcelée en trois volumes principaux qui épousent les courbes du terrain.

Le volume qui s’encastre légèrement dans la montagne, en façade arrière, accueille un atelier de céramique et un garage. Un plus petit volume recouvert d’acier Corten est occupé par la chambre principale avec sa salle de bain et ses espaces de rangement. Une salle de cinéma est située en dessous.

Le volume principal est orienté au sud. Une grande ouverture sur deux niveaux s’ouvre sur la forêt et le mont Bromont au loin. Le toit se prolonge à l’ouest pour recouvrir la terrasse extérieure. À l’opposé, du côté est, un toit-terrasse, accessible depuis une chambre secondaire, est déposée sur le bloc de Corten.

Le revêtement de cèdre blanc à largeur variable permet d’intégrer, voire même de camoufler la maison dans la forêt, tandis que l’oxydation du bloc en Corten vient chercher les roches ferreuses présentes dans cette partie de la montagne. La toiture d’acier grise enveloppe toute la façade nord, protégeant les formes de la maison du chemin en amont.

Ce projet abrite l’atelier de la céramiste Sophie Manessiez, qui y vit avec son conjoint Damien et leurs enfants. Il est le lieu de rencontre entre les espaces domestiques, les espaces de travail et de création.

C’est aussi un lieu de rassemblement et d’accueil pour la famille et les proches. Les ouvertures dans ces espaces permettent des relations singulières avec le paysage et la nature environnante. Parfois généreuses, parfois plus intimes, ces multiples ouvertures offrent des vues spécifiques et un ensoleillement adapté, afin que les espaces de travail s’ouvrent sur des panoramas différents de ceux offerts aux parties familiales. La lumière, tout comme la nature, pénètre les espaces de toute part et permet aux occupants d’être au centre de la rencontre entre l’architecture et la nature. La terrasse de plain-pied prolonge l’espace principal vers l’extérieur.

Dès les premières rencontres, il était important pour Sophie et Damien d’avoir une maison à dimension humaine et avec une empreinte écologique raisonnée.

Une attention particulière a donc été portée sur l’orientation de la maison pour y intégrer quelques éléments de la conception du solaire passif par l’utilisation de la masse thermique avec la dalle de plancher et les ouvertures au sud, tout en utilisant différentes méthodes pour faire les brise-soleils sur la façade sud, pour éviter la surchauffe en été. La fenestration permet aussi une ventilation traversante et l’isolation des murs et des toitures a été bonifiée.

Articles similaires

JEDA, un duplex lumineux et chaleureux à Bruxelles

La lumière abondante, le volume, la végétation et les vues multiples permettent de se sentir à l'intérieur comme à l'extérieur.

Hub of Huts, le village à l’envers

De l'observation du paysage environnant reflété dans la piscine, le concept a pris vie : matérialiser ce que l'on voit se refléter à la surface de l'eau

Résidence La Jetée aux abords du lac Memphrémagog

À l’image d’une grande aile déployée, la toiture architecturale suit la volumétrie dictée par le programme. Elle s’élance et se plie telle une voile au rythme du vent.