Ce projet cherche à établir une nouvelle relation entre la campagne et la ville, créant un lieu de rencontre, une opportunité de remplir à nouveau l’environnement rural d’activités urbaines contemporaines.

Ses volumes se mêlent à la nature au bord du Tage. Ses pleins et ses cavités décrivent cette double qualité. La pierre, l’organicisme rural et l’ombre font place au verre, à la lumière et à l’espace synchronique. La maison recrée une petite ville articulée autour de deux cours-places.

Ces volumes alternent des espaces intérieurs de deux types : ceux qui sont traversés par le paysage et ceux qui sont abrités à l’intérieur des volumes de pierre. L’ensemble de la construction est l’œuvre de maçons locaux et les matériaux locaux ont prévalu dans ce retour à l’essentiel, les finitions sont brutes : les voûtes en béton apparent, le crépi rustique des murs intérieurs et les sols en béton ciré.

« Perméabilité, continuité spatiale et intimité se succèdent. La maison vise, en somme, à offrir une alternative à la ville, mais tout en restant liée à elle ; un lieu de retour aux origines, créant un refuge où développer l’activité technologique hyper-connectée du 21ème siècle. « 

Le projet comprend différentes intentions : recherche des meilleures vues sur la rivière, conservation des arbres existants, durabilité, autosuffisance… afin de configurer un tout porteur de sens.

Articles similaires

Hub of Huts, le village à l’envers

De l'observation du paysage environnant reflété dans la piscine, le concept a pris vie : matérialiser ce que l'on voit se refléter à la surface de l'eau

Résidence La Jetée aux abords du lac Memphrémagog

À l’image d’une grande aile déployée, la toiture architecturale suit la volumétrie dictée par le programme. Elle s’élance et se plie telle une voile au rythme du vent.