Né à Osaka en 1990, Keita Morimoto a commencé à peindre à l’âge de 16 ans lorsqu’il a déménagé au Canada. Il a obtenu son diplôme en beaux-arts de l’Ontario College of Art & Design en 2006 et a continué à travailler et à exposer à Toronto, décrivant la vie nocturne de sa ville d’adoption.

Aujourd’hui, après 15 ans, il est de retour à Tokyo où il présente une série de peintures ambitieuse et à grande échelle intitulée « After Dark ».

La lumière nous fascine depuis des siècles. Les artistes des périodes classique et baroque ont utilisé la lumière pour imprégner leurs peintures de grandeur, de dramatisme et parfois de sacré. Pour l’artiste contemporain Keita Morimoto, la lumière illumine ses scènes de rue indescriptibles de Tokyo, sauf que ses sources de lumière proviennent des distributeurs automatiques, des fast-foods, des panneaux électriques dans les parkings et autres symboles de la société de consommation.

« Ses scènes nocturnes échappent délibérément aux symboles emblématiques qui pourraient être utilisés pour les identifier comme des lieux spécifiques.

Des coins négligés dans le paysage urbain aveuglant de Tokyo, des gares locales avec peu de passagers et des collines familières que vous jurez avoir déjà vues quelque part mais sans pouvoir vous souvenir d’où. »

De cette façon, Keita Morimoto transforme l’ordinaire et le familier en l’unique et le spécial, nous rappelant à tous que c’est à nous de définir comment nous percevons notre environnement.

« After Dark » est visible à la galerie Kotaro Nukaga de Tokyo jusqu’au 25 décembre 2021.

Articles similaires

Tradition du papier peint dans un genre contemporain

l’entreprise allie la maîtrise des techniques traditionnelles aux procédés et outils modernes. Elle retrouve et réinvente l’utilisation du papier dans le décor.

Des dessins sans dessein

Ronan Bouroullec considère le dessin comme indispensable à son équilibre.

« Vues en mémoire », hommages à la nature et au passage des saisons

L’univers de l'artiste évoque ainsi un Japon hors du temps, où la beauté se teinte de mélancolie.