Plus besoin de vous présenter l’artiste et « jardinier urbain » Monsieur Plant. Ses créations représentent ce qu’il aime comme ce qu’il déteste. Il y a dans ses oeuvres à la fois l’amour des objets liés à la culture urbaine et une dichotomie avec la logique éthique dans laquelle il s’inscrit: la finalité est que la nature l’emportera toujours sur l’homme.

Monsieur Plant veut marquer un retour à la nature avec ces baskets qui donne l’illusion d’avoir évoluées dans un environnement sauvage et naturel, comme si la nature avait repris ses droits !

Entièrement réalisées avec des matériaux offert par la nature. Les oeuvres sont composées principalement de plantes, mousses, écorces, roches, racines…

« J’éprouve un réel désir de créer des ponts improbables et poétiques entre produits marketing cultes, emblématiques de notre époque, et des compositions végétales détaillées. »

Articles similaires

Calligraphie urbaine et recherches sur la déconstruction de la lettre

L’expression gestuelle et la notion de mouvement sont deux ancrages fondamentaux du processus créatif qu’il poursuit parallèlement dans son travail d’atelier.

Shadows Traveling on the Sea of ​​the Day, célébration du paysage naturel

En reflétant le visiteur ainsi que les anneaux, les pavillons intègrent les spectateurs dans l'œuvre d'une manière subtilement désorientante.

Temple of Boom, version réduite du Parthénon à Melbourne

Ce projet nous invite à réfléchir à la manière dont nous créons et imprégnons l'architecture de sens, ainsi qu'à la manière dont ce sens peut évoluer à travers les époques et les cultures.