Dans la série photographique Batismo de l’artiste Gleeson Paulino, l’eau sert de reconnexion immersive à son Brésil natal, agissant comme un catalyseur de renouveau, de pardon, de rencontre et de jeu.

Dans la plupart des cas, le baptême est un rite religieux qui symbolise la purification, l’admission dans une institution ou le renouveau. Le rite du baptême peut prendre la forme d’eau ou de feu, une plongée dans le sacré ou un passage difficile vers l’endurance. « Baptizein », une version latinisée du mot grec ancien, signifiait également couler, submerger ou désactiver. Se faire baptiser peut signifier à la fois venir à la foi et en être repoussé.

L’œuvre évocatrice de Gleeson Paulino, Batismo, explore le baptême comme un processus de reconnexion immersive. Né dans l’État brésilien du Mato Grosso do Sul, Paulino a été élevé dans une famille évangélique conservatrice. Son enfance et ses premières expériences d’adolescent étaient liées par les règles strictes de la religion, écrasant son sentiment d’identité.

Le Brésil est le cinquième plus grand pays en termes de superficie, le sixième en termes de population et l’une des sociétés les plus multiculturelles et ethniquement diversifiées au monde. Plus de 214 millions de personnes résident sur ses 8,5 millions de kilomètres carrés.

Retraçant et documentant les plans d’eau à travers ce vaste terrain, l’itinéraire de son voyage a été façonné par une curiosité pour ce rituel. Batismo est riche en symbolisme et en atmosphère.

À travers les images, le processus du baptême apparaît comme un processus de reconnexion ; une exploration du passé et du présent. Reliant les éléments religieux et profanes, l’eau coule à travers l’œuvre.

Couvrant différents lieux et personnes, le projet explore de multiples expressions de ce rituel. À Brio, un homme autochtone se tient dans l’eau, portant un collier fait de dents d’animaux, ses lunettes de soleil Oakley reflétant la lumière du soleil.

Pour Paulino, il représente les espaces intermédiaires du Brésil, les multiples mondes qui existent et se mêlent, confondant les interprétations faciles de l’identité et des réalités politiques.

Les photographies qui composent Batismo sont saisissantes, le résultat d’un œil explorateur. Les compositions de Paulino sont simples, directes. Juxtaposées à la beauté de leur couleur, elles attirent le spectateur.

Articles similaires

Tradition du papier peint dans un genre contemporain

l’entreprise allie la maîtrise des techniques traditionnelles aux procédés et outils modernes. Elle retrouve et réinvente l’utilisation du papier dans le décor.

Des dessins sans dessein

Ronan Bouroullec considère le dessin comme indispensable à son équilibre.

« Vues en mémoire », hommages à la nature et au passage des saisons

L’univers de l'artiste évoque ainsi un Japon hors du temps, où la beauté se teinte de mélancolie.