Né en 1977, Vincent Abadie Hafez est un artiste français qui vit et travaille à Toulouse. Il prend part au mouvement graffiti dès 1989, sous le pseudonyme de Zepha.

Formé aux arts graphiques, Vincent enrichit sa pratique en se consacrant à l’apprentissage des techniques calligraphiques traditionnelles, portant notamment son attention sur les interactions plastiques des styles orientaux et occidentaux.

Influencé par les travaux d’Hassan Massoudy et de Georges Mathieu, il développera un langage visuel singulier à travers ses recherches sur la déconstruction de la lettre et la portée transculturelle des signes.

Reconnu comme l’un des fondateurs de la calligraphie urbaine, il participe à la diffusion d’une esthétique nouvelle, en rupture avec les formes picturales jusque là explorées dans les « écritures vandales ».

Ses compositions abstraites, méthodiques et condensées, prennent place dans l’espace public à travers des œuvres murales monumentales, en Europe et au Moyen-Orient.

L’expression gestuelle et la notion de mouvement sont deux ancrages fondamentaux du processus créatif qu’il poursuit parallèlement dans son travail d’atelier. Reliant le formel au spirituel, son œuvre déconstruit les référents et se lit comme une source éclairante, éloge d’une pensée universaliste délaissée.

Mur entier ou toile à taille humaine, œuvre grande ou petite, il s’en dégage la même énergie créatrice. Du métal ou du bois de ses bas-reliefs à la découpe précise émane une force similaire, telle une envolée de flèches lancées afin de vaincre la gravité.

« Avec un jeu de transparences et de superpositions, Vincent crée une profondeur.

Des lettres s’enfoncent, s’éloignent ou flottent comme suspendues, d’autres se rapprochent.

Sans aucun conflit, les gestes statiques offrent aux gestes dynamiques la liberté de s’émouvoir et de s’envoler. »

Articles similaires

Des dessins sans dessein

Ronan Bouroullec considère le dessin comme indispensable à son équilibre.

« Vues en mémoire », hommages à la nature et au passage des saisons

L’univers de l'artiste évoque ainsi un Japon hors du temps, où la beauté se teinte de mélancolie.

Observatoires, mises en scène d’architectures de béton brut dans des lieux naturels

Les photographies de Goudal interrogent la perception, dans lesquelles les constructions font figure de trompe-l’œil évoluant sur la fragile frontière entre fiction et réalité.