L’artiste basé à Los Angeles, Sean Yoro, plus connu sous le nom de Hula, se joue des marées changeantes de l’océan pour peindre ses fresques. Armé de son paddle, il accède aux coins les plus reculés !

Il pagaie vers des passages souterrains et des barrières en béton uniquement accessibles par l’eau où il réalise ses fresques en se tenant en équilibre avec un nombre minimal de fournitures – toutes les peintures, pinceaux et autres matériaux doivent tenir dans l’espace de 3m de son paddle.

Il y peint des portraits de femmes à moitié immergées dans l’eau et des mains singulières qui semblent jaillir de la surface.

La visibilité des œuvres à grande échelle de Hula change en fonction du niveau de l’eau, permettant aux motifs célestes qui marquent les visages de ses sujets ou aux taches de peinture sur leur dos d’apparaître.

« J’ai dû apprendre non seulement un moyen plus rapide et plus efficace de peindre sur un paddle, mais aussi de mélanger des couches pour pouvoir m’adapter aux marées et à d’autres variables susceptibles de restreindre certaines zones du mur.

J’ai adoré incorporer des éléments plus surréalistes à mes personnages peints, en essayant toujours d’équilibrer l’esthétique de l’eau et du béton. »

Articles similaires

Observatoires, mises en scène d’architectures de béton brut dans des lieux naturels

Les photographies de Goudal interrogent la perception, dans lesquelles les constructions font figure de trompe-l’œil évoluant sur la fragile frontière entre fiction et réalité.

Contradictions et complexités de la fluctuation des corps vivants

La sacralité des choses ne résiderait pas dans l’inatteignable fantasme de la perfection mais se cacherait dans la célébration de ce qui est amené à disparaître.

Les incroyables vanités en plumes recyclées

À mi-chemin entre l’art brut funéraire et la haute-couture, l’artiste sculpte la plume comme on tisserait un cocon.