On ne se lasse pas de vous parler de l’artiste brésilien Henrique Oliveira, tellement que chacune de ses nouvelles installations est époustouflante ! Son exploration de la nature étrange de l’architecture est tout à fait unique.

Éclatant des sols, des portes et des meubles, les œuvres de l’artiste sont une fabuleuse interprétation de la relation entre l’environnement bâti et le pouvoir de la nature.

Dans des installations qui explorent la relation entre la réalité et le spectacle d’un autre monde, d’énormes organes en bois émergent des murs et des plafonds qui ont été fissurés, brisés et tordus autour de cette excroissance émergente, incapables de la contenir.

Oliveira utilise divers matériaux prêts à l’emploi et organiques tels que des briques, du bois, du PVC, des branches d’arbres, de la boue et d’autres objets trouvés. Il a incorporé des « tapumes », matériau utilisé en particulier dans les villes au Brésil pour construire les palissades de chantier. Ces tapumes deviennent patinées et varient en couleurs et en textures.

Henrique Oliveira parvient à libérer une série de formes, de textures et de couleurs pleines de vie, dont l’aspect organique est à la limite du parasitique !

Articles similaires

The Vanished House, sculpture dédiée au deuil et aux souvenirs

La tension entre le durable et le transitoire imprègne le travail architectural, illustré par la combinaison du matériau robuste et du toit ouvert.

La Nuit Étoilée de Van Gogh en version 3D

Cette version LEGO de la peinture, transforme le tableau en trois dimensions, ce qui ajoute plus de détails et de profondeur à l'oeuvre.

Une voûte céleste, connexion entre le réel et le spirituel

Amaury Dubois s’est concentré sur le narthex : l’espace intermédiaire entre le parvis et la nef, le lieu de transition et de passage entre l’extérieur et l’intérieur de l’église