Fusionnant un hyper-réalisme aiguisé avec une abstraction poétique, Calida Rawles peint des femmes et des hommes afro-américains immergés dans une eau scintillante. Les corps sont envahis par une multitude de bulles, d’ondulations et de lumière réfractée.

Parfois, son travail fait allusion à l’actualité, réalisant même des cartes topographiques de villes où des actes de violence à caractère raciste se sont produits. À d’autres moments, ses œuvres célèbrent purement et simplement la résilience, la force et la beauté de la culture afro-américaine.

Dans ses récentes peintures, l’artiste suspend ses personnages dans l’eau, véhiculant une interaction vulnérable et fugace entre ses sujets et leur environnement. Avec des corps immergés et les reflets en miroir de l’eau, beaucoup de ses sujets ne sont pas identifiables.

« Vous ne pouvez pas vraiment voir un visage. Mes personnages deviennent des formes et font partie de leur environnement.

Je pense qu’il y a un élément spirituel dans l’eau… Dans l’eau, nous faisons partie de quelque chose de plus grand que nous-mêmes. »

Articles similaires

Shiver House, une cabane à frisson

Rendue "vivante" grâce au vent, cette architecture crée une relation émotionnelle avec ses occupants. Elle paraît en effet dotée d’une personnalité...

TWIST, s’interroger sur les pouvoirs de la nature

Cette série d’œuvres se composent de 5 troncs d’arbre qui connotent par leurs formes des émotions que nous pouvons retrouver dans la nature.

Célébration de 40 ans de couleurs

L'entreprise entend encourager le monde à utiliser plus de couleurs - mais pour cela elle doit montrer l'exemple !