En Iwamura est né à Kyoto au Japon en 1988. Sous l’influence de ses deux parents qui sont peintres, il grandit dans un milieu artistique. Après avoir obtenu un diplôme en artisanat à l’université d’art et d’artisanat de Kanazawa, il commence à s’intéresser au monde de l’art international.

Il considère que la céramique a le potentiel d’être l’une des langues internationales, qui peut traverser les différentes cultures, peuples et pays.

Ses réalisations vont du dessin, à la peinture en passant par la sculpture, mais pour chaque création, il le fait selon le concept Ma, une philosophie et une esthétique japonaises faisant référence aux variations subjectives du vide (silence, espace, durée…) qui relie deux objets, deux phénomènes séparés.

Aujourd’hui, nous avons décidé de nous intéresser à ses visages expressifs réalisés à partir de morceaux d’argile. L’artiste sculpte des formes minimales avec des expressions extrêmement variées qui vont du choc et de la surprise à la contemplation et la mauvaise humeur.

Sur la surface de chaque personnage sont gravés des chemins soignés de lignes parallèles, qui évoquent les motifs nets et amples des jardins zen, qui sont une manifestation physique du concept japonais de Ma.

« La philosophie identifie l’espace entre les bords, entre le début et la fin, l’espace et le temps dans lesquels nous expérimentons la vie.

Ma n’est remplie que d’énergie et de sentiments. »

Dans le travail d’En Iwamura, son approche des questions spatiales continue d’évoluer, il aime également examiner comment il peut influencer et modifier l’expérience des spectateurs qui occupent l’espace où ses œuvres sont installées.

Quand Iwamura décrit l’espace et l’échelle dans ses œuvres, il fait encore référence à ce concept philosophique et esthétique japonais, Ma. Ma implique des significations de distance, de moment, d’espace, de relation, etc.

Articles similaires

Tradition du papier peint dans un genre contemporain

l’entreprise allie la maîtrise des techniques traditionnelles aux procédés et outils modernes. Elle retrouve et réinvente l’utilisation du papier dans le décor.

Des dessins sans dessein

Ronan Bouroullec considère le dessin comme indispensable à son équilibre.

« Vues en mémoire », hommages à la nature et au passage des saisons

L’univers de l'artiste évoque ainsi un Japon hors du temps, où la beauté se teinte de mélancolie.