L’artiste azerbaïdjanais Faig Ahmed a créé une collection stupéfiante de tapis sculpturaux qui brouillent les frontières de la distorsion numérique et des techniques artisanales traditionnelles.

Souvent à l’échelle monumentale, ses tapis à franges sont tissés avec des motifs classiques et ornementaux sur leur partie haute puis ils commencent à dégouliner, fondre en une sorte de flaque ou de chewing-gum de « défauts » et de motifs asymétriques.

Ses oeuvres sont visuellement époustouflantes et se jouent de nos perceptions. La technicité de tissage qu’il faut pour obtenir ce rendu est tout simplement incroyable !

L’artiste présente, à l’occasion d’une exposition solo à la galerie Sapar Contemporary à New York, trois de ses plus récents tapis réalisés.

Si vous avez la chance d’être présent ou de vous rendre dans la ville qui ne dort jamais, n’hésitez pas à aller faire un tour, ça vaut le coup d’oeil ! Ses oeuvres sont visibles jusqu’au 6 Janvier 2022.

« Chaque pièce tire son nom d’un chef spirituel qui a profondément marqué la culture azerbaïdjanaise, notamment Shams Tabrizi, Yahya al-Shirvani al-Bakuvi et Nizami Ganjavi. »

Articles similaires

Une fresque de 30 m2 sur le port de Wambrechies

Cette oeuvre, pleine de couleurs et de courbes, est résolument végétale, algues, écailles, ondes sont représentées comme un hymne à la vie sous-marine locale

Brugge Diptych, pavillon temporaire pour la Triennale de Bruges

La Triennale de Bruges amène l'art et l'architecture contemporains au cœur historique de la ville tous les trois ans dans un cadre unique en tant que site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Splinters and Shards, beauté du bois et motifs gravés

série de petites sculptures circulaires où il magnifique le grain naturel du bois