L’artiste azerbaïdjanais Faig Ahmed a créé une collection stupéfiante de tapis sculpturaux qui brouillent les frontières de la distorsion numérique et des techniques artisanales traditionnelles.

Souvent à l’échelle monumentale, ses tapis à franges sont tissés avec des motifs classiques et ornementaux sur leur partie haute puis ils commencent à dégouliner, fondre en une sorte de flaque ou de chewing-gum de « défauts » et de motifs asymétriques.

Ses oeuvres sont visuellement époustouflantes et se jouent de nos perceptions. La technicité de tissage qu’il faut pour obtenir ce rendu est tout simplement incroyable !

L’artiste présente, à l’occasion d’une exposition solo à la galerie Sapar Contemporary à New York, trois de ses plus récents tapis réalisés.

Si vous avez la chance d’être présent ou de vous rendre dans la ville qui ne dort jamais, n’hésitez pas à aller faire un tour, ça vaut le coup d’oeil ! Ses oeuvres sont visibles jusqu’au 6 Janvier 2022.

« Chaque pièce tire son nom d’un chef spirituel qui a profondément marqué la culture azerbaïdjanaise, notamment Shams Tabrizi, Yahya al-Shirvani al-Bakuvi et Nizami Ganjavi. »

Articles similaires

Une voûte céleste, connexion entre le réel et le spirituel

Amaury Dubois s’est concentré sur le narthex : l’espace intermédiaire entre le parvis et la nef, le lieu de transition et de passage entre l’extérieur et l’intérieur de l’église

Hannah Levesque, bâtisseuse d’objets uniques en papier

Des maquettes de ces endroits qui animent nos coeurs... Des réalisations à la croisée de l’artisanat, du design, et de l’architecture.

Quick Tide, transformation d’une passerelle en kaléidoscope architectural

Pantone étudie le vaste domaine de la théorie des couleurs et son potentiel infini, en utilisant dans ce projet, un seul gradient radial contenu dans un carré, en cyan, magenta et jaune.