L’artiste dano-islandais Olafur Eliasson a créé, en collaboration avec le Qatar Museums, une installation nommée Shadows Traveling on the Sea of ​​the Day composée de vingt structures circulaires.

L’installation in situ se compose de 20 abris circulaires en miroir, trois anneaux simples et deux anneaux doubles qui sont méticuleusement placés le long du paysage désertique sur les sites classés du Nord près de Doha.

Bien que l’œuvre soit visiblement attrayante à distance, la vraie magie se produit lorsque les visiteurs se trouvent sous l’installation – où le miroir ramène l’attention sur l’individu. Comme pour une grande partie de l’œuvre d’Eliasson, la nouvelle installation permanente sollicite les visiteurs de se re-synchroniser avec la planète.

Les miroirs reflètent également leurs supports semi-circulaires, les complétant en cercles parfaits. Les plafonds interconnectés reflètent un enchevêtrement de paysage, d’éléments sculpturaux et de visiteurs. L’installation célèbre tout ce qui l’entoure, à la fois le paysage naturel et la sphère culturelle.

Selon Olafur Eliasson, l’œuvre peut aussi être considérée comme un vecteur de dialogue et d’écoute, tout en travaillant en tant qu’outsider et en tant qu’européen dans un contexte comme le Qatar.

Il a exprimé l’espoir que des collaborations créatives comme celle-ci puissent fournir « des moyens productifs pour nous de nous rencontrer à travers les communautés et les cultures, à la fois maintenant et à plus long terme ».

L’œuvre vise également à sensibiliser les visiteurs à la beauté et à la complexité de l’environnement naturel, et ainsi contribuer à la sensibilisation à l’urgence climatique.

En reflétant le visiteur ainsi que les anneaux, les pavillons intègrent les spectateurs dans l’œuvre d’une manière subtilement désorientante.

Articles similaires

Contradictions et complexités de la fluctuation des corps vivants

La sacralité des choses ne résiderait pas dans l’inatteignable fantasme de la perfection mais se cacherait dans la célébration de ce qui est amené à disparaître.

Les incroyables vanités en plumes recyclées

À mi-chemin entre l’art brut funéraire et la haute-couture, l’artiste sculpte la plume comme on tisserait un cocon.

Batismo, une série photographique onirique

L'œuvre évocatrice de Gleeson Paulino, Batismo, explore le baptême comme un processus de reconnexion immersive.