Invité à Art Basel Design Miami, Mathieu Lehanneur présente une collection inédite révélant à la fois le passé et le futur de l’humanité. State of the World est une série de sculptures en aluminium dont les formes sont basées sur les pyramides des âges des différents pays du monde.

À partir de ces statistiques sur la population, en général étudiées par les sociologues ou les démographes, Mathieu Lehanneur a créé un « arrêt sur image » de tous les humains vivants aujourd’hui et ce, dans plus de 140 pays.

Témoins passés, présents et futurs des destinées des peuples, ces œuvres doivent leurs formes quasi primitives et leur silhouettes singulières aux données démographiques mise à disposition par l’ONU.

Mise en scène dans une structure aux airs de théâtre grec, chaque œuvre reproduit fidèlement la natalité, l’espérance de vie et l’histoire des pays du monde.

Constituée de 100 strates, de 0 à 100 ans, chaque pays dessine une silhouette graphique dont les courbes et les masses sont les empreintes révélatrices de son histoire et permettent de penser son avenir.

À la base, les naissances, l’enfance, ensuite l’adolescence, puis le passage à l’âge adulte, les seniors, et enfin au sommet les centenaires, encore rares dans nos sociétés.

« Dans ce moment si particulier de notre histoire, je voulais pouvoir donner corps à l’humanité dans son ensemble ; pouvoir cristalliser l’infiniment grand et la complexité en un simple objet.

Le globe terrestre avait permis cette magie de rendre la Terre enfin visualisable et tangible, de la prendre dans ses mains. »

Les creux et les entailles révèlent des guerres, des épidémies ou d’autres accidents de l’histoire. Les plis sont des baby-booms et des natalités en sursaut.

La fascination du designer pour ces données démographiques débute il y a plus de dix ans, temps nécessaire pour parvenir à collecter et modéliser aujourd’hui l’ensemble de cette collection.

Mathieu se souvient avoir vu se dégager des pyramides des âges une vraie force. Il a voulu en restituer le potentiel d’émotion et en faire des fragments d’humanité. Le travail sur l’aluminium massif a permis de restituer avec précisions chaque strate pour chaque âge. Elles sont comme des toupies immobiles qui semblent poussées par un désir de s’élever le plus haut possible.

Chaque pyramide agit comme un révélateur des particularismes d’une nation : la jeunesse du Tchad, traduite par la perfection géométrique de sa base évasée qui s’affine régulièrement jusqu’au sommet ou, inversement, la population immigrée et majoritaire des Émirats Arabes Unis qui forme une bosse proéminente pour la classe d’âge 20 à 40 ans posée sur la fine base des naissances émiratis.

Passer d’une œuvre à l’autre s’avère un voyage fascinant dans le temps et l’histoire. L’entaille laissée par la guerre au Cambodge ou la seconde guerre mondiale dans plusieurs pays européens sont autant d’évidences qui déclenche l’empathie immédiate du visiteur, soudain partie d’un tout, d’un corps vivant, mouvant et global.

« L’appartenance à un groupe ou à un pays est un sentiment beaucoup plus intense et plus permanent que toutes formes de patriotisme. Je crois que ce projet évoque cela, il rappelle que chacun fait partie d’une entité plus vaste.

Chaque humain vivant sur cette planète est représenté ici, intégré dans l’une des pyramides. C’est à la fois rassurant et assez vertigineux. Nous appartenons à un tout dans l’espace et le temps. Enfin, c’est aussi une expérience métaphysique plus intime.

Trouvez votre pays, comptez les strates et reconnaissez-vous. Vous êtes là. La vie déjà vécue est en dessous de votre strate et celle qui vous reste à vivre est au-dessus. »

Articles similaires

Lily Project, interaction colorée et ludique avec la nature

Le but de cette installation artistique flottante est d'inviter les visiteurs à profiter de la beauté de l'étang.