Andrés Reisinger (né en 1990) est un célèbre artiste numérique connu pour ses œuvres aussi ambiguës que méticuleusement conçues et pleines d’émotion. L’appétit créatif pour les mondes inventés de Reisinger ne fait que croître.

Andrés Reisinger aime le rose. Son hommage à la teinte fantaisiste se manifeste dans cette nouvelle série qui réinvente les grandes villes avec des fils tactiles, rebondissants, moelleux – et parfois poilus – drapés sur l’architecture historique.

L’artiste présente « Take Over », son anthologie d’installations d’art virtuel remet en question ce qui est réel et virtuel / numérique en ajoutant des éléments de conception hyperréalistes aux bâtiments existants.

Dans ce projet, il fait allusion à son intention de combiner les sphères physique et numérique. La série, qui transcende les frontières géographiques dans le plan virtuel, se déroule dans les grandes capitales internationales du monde entier telles que Londres, Rome, Paris, Tokyo et New York, offrant des rideaux roses pour le plaisir des yeux.

Dès qu’Andrés Reisinger a publié cette série sur Instagram, des demandes d’adresses et d’heures d’exposition pour visiter l’installation ont inondé sa boîte mail. L’afflux d’intérêt du public pour son exploration de l’art et de la technologie suggère que les spectateurs pourraient être prêts à découvrir une nouvelle forme d’art par le biais de moyens numériques…

C’est une signature de longue date de Reisinger d’imprégner son travail d’une confusion séduisante entre la physicalité et l’abstraction, tirée de son questionnement artistique sur ce qui constitue une «vraie» œuvre d’art. L’artiste numérique croit que tout ce qui forme une expérience est réel, que ce soit dans la sphère numérique ou physique devient secondaire.

Reisinger a intentionnellement choisi les réseaux sociaux comme plateforme pour présenter sa nouvelle série dans la volonté de démocratiser l’art.

Reisinger utilise le numérique pour construire une performance théâtrale où les rues elles-mêmes deviennent les protagonistes d’une nouvelle pièce.

Du rose pastel et des formes ondulées des rideaux aux environnements surréalistes, « Take Over » fait un clin d’œil à l’affection de Reisinger pour l’imagerie onirique et surréaliste.

Articles similaires

Frozen Flowers, mélange unique d’art et de nature

Makoto et son équipe ont travaillé toute la nuit, bravant les températures glaciales pour créer cette magnifique cascade de fleurs et de glace.

B=f(P,E), interactions entre la terre et les structures, l’art et l’humanité

Dans une tentative de donner un meilleur sens au monde, l'artiste accorde une grande importance à l'espace et la forme.

Under the unminding sky, nouvelles huiles sur toile

L'artiste utilise l’eau sur le pare-brise comme un filtre modifiant notre perception de l’environnement