ÆTHER/MASS est né de la foi dans la collaboration entre designer et fabricant, et de la volonté de pratiquer des expériences sur les matériaux et les significations, pour le plaisir d’inventer et de produire en faisant fi de la logique du marché et des tendances.

L’accent est mis sur le processus créatif et les collaborations avec les artisans, ce qui aboutit à des collections exceptionnelles, caractérisées par une extrême attention au détail et à la finition. Dans cette optique, ÆTHER/MASS peut être considéré comme un laboratoire de recherche sur les matériaux, les techniques et la sémantique.

Cet automne, ÆTHER/MASS lance sept objets: un objet d’éclairage, une chaise, deux bols et une famille de 3 socles (qui peuvent aussi bien être des tabourets ou des tables d’appoint). Ces objets ont un caractère sculptural et architectural, et présentent un équilibre entre éléments contemporains et traditionnels. Ils résultent de la quête d’une symbiose parfaite entre l’idée et l’exécution, la théorie et la pratique, le concept et l’objet.

La fonction d’objet d’usage courant a donc moins d’importance que les qualités expressives des objets. ÆTHER/MASS est toujours à la recherche de l’essence d’une chose ou d’un objet. Dans quelle mesure est-il possible de déformer la signification ou la fonction d’un objet au point qu’il perde sa fonction ou change de signification ? 4 pieds de table sans plateau constituent-ils une table ? Quelle intervention ou quel détail ajouter pour que l’objet gagne en signification ?

Les objets sont délibérément limités à 12 pièces. Non dans l’idée de les rendre plus exclusifs, mais pour pouvoir continuer à réaliser des œuvres expérimentales, uniques, expressives. Chaque pièce doit être une exploration de la nouveauté et de l’inconnu, de nouveaux matériaux et techniques de production, utilisés de manière non conventionnelle. La satisfaction du designer et du fabricant réside donc aussi dans le processus créatif et le processus de fabrication initial, du concept au prototype final.

ÆTHER/MASS est la création de Davy Grosemans. Après avoir travaillé pendant plus de 20 ans dans l’industrie du design, comme concepteur de produits et d’intérieurs, Grosemans produit désormais, sous le nom d’ÆTHER/MASS, une série d’objets personnels et expérimentaux, qu’il décrit lui-même comme ‘des objets en quête de sens’. ​

Pour Grosemans, les collaborations avec les fabricants sont essentielles. Les projets ne prennent vie que grâce à la connaissance des matériaux et aux compétences techniques des artisans. Les dialogues avec les fabricants ont généré des idées nouvelles, et les expériences dans leurs ateliers des concepts innovants.

Ainsi, les objets en bois – une chaise (Parabole Chair), les bols (Parabole Bowl I & II) et les socles ambigus (Lathe I, II & III) – ont été réalisés en collaboration avec Casimir Ateliers, maîtres-ébénistes spécialisés dans les meubles en bois massif de qualité supérieure.

La lampe, par ailleurs, a été élaborée en étroite concertation avec Wim Roggeman, spécialisé dans l’éclairage haut de gamme sur mesure. Mais ÆTHER/MASS n’entend pas se limiter au bois et au verre.

Les objets en bois produits sont complexes dans leur simplicité, faisant référence à des archétypes et jouant avec les volumes, les masses et les formes. ​ La banalité de leur fonction quotidienne est en contraste flagrant avec la signification symbolique qu’ils véhiculent. Le concept de la Parabole Chair, par exemple, renvoie à la fonction initiale de la chaise comme ‘trône’ et à la valeur que le trône possédait à l’époque comme symbole de pouvoir.

La fonction de la collection Lathe, en revanche, est ambiguë et dépend de l’utilisateur. À la fois tabourets, socles et tables d’appoint, ces créations en bois massif s’inspirent du pied tourné classique, sur lequel reposent tant de tables en bois. De la table déconstruite pour n’utiliser que les pieds naît une famille de tabourets, tables d’appoint et socles. Quatre pieds, quatre surfaces, trois fonctions. ​

Les bols aussi (Parabole Bowl) sont modulables. Ils consistent en deux volumes identiques formant ensemble un seul bol. En rapprochant les deux parties de différentes manières, on obtient une version profonde ou peu profonde du récipient. Le nom du bol fait allusion au détail caractéristique dû à l’évidage du bois, qui révèle une juxtaposition entre la masse du matériau et l’espace vide, négatif de l’incurvation.

La lampe de parquet TwentyTwenty est le premier objet d’une collection basée sur les formes en verre des années 1920. À cette époque, une large gamme d’abat-jour en verre opalin, conçus selon les exigences de l’éclairage scientifique et le principe du modernisme, où la forme suit la fonction, a été mise sur le marché. Cent ans plus tard, ces formes en verre constituent la base d’un nouveau modèle, un anneau de laiton poli reliant deux abat-jour en verre différents.

Articles similaires

Clifton Hill Courtyard House, extension d’un cottage à Melbourne

l'aménagement répond à la fois au site et au désir de flexibilité future de la famille.

In Hale, des oeuvres qui réfléchissent la lumière

Chaque création défie nos idées préconçues et archétypiques des matériaux, les formes comme les fonctions

Batspad / En Route, vélo en acier sur-mesure électrifié

Batspad est léger et polyvalent. À l’aise aussi bien sur la route que sur les chemins, les longues randonnées ou les parcours urbains.