Voilà plus de dix que l’on suit le travail du designer basé à Amsterdam, Robert van Embricqs qui imagine ses conceptions toujours sur le même principe, des tiges de bois articulées qui se déplient pour créer l’objet ou le meuble.

Voici donc sa dernière création, le bureau mural Flow. La pièce combine fonctionnalité et art cinétique. Car oui, à plat, fixé contre le mur rien ne nous indique que c’est un espace de travail, au contraire on l’associe plus à une oeuvre d’art. Mais en une simple torsion l’oeuvre prend vie pour se transformer en bureau suspendu.

Inspiré par les événements mondiaux récents (pandémie) et les tendances à plus long terme qui les précèdent (le télé-travail), Robert a souhaité concevoir « un meuble qui donne de la dignité à l’espace de travail numérique grâce à l’artisanat et aux textures chaleureuses ».

La facilité d’utilisation exige qu’un objet du quotidien tel que celui-ci soit créé en tenant compte de la psychologie générale de l’utilisateur. L’élément vertical émerge du mur comme une chenille à l’aide de charnières spécialement placées.

Ces charnières en laiton apparentes établissent un rythme visuel et garantissent que la forme peut suivre sa fonction. D’où l’idée d’une transformation de forme et de finalité réalisée par un geste unique auquel chacun peut se familiariser.

D’un simple geste de la main, un plateau est créé et une fois dans sa position horizontale, ce dernier est soutenu par des lattes de bois, créant un aspect plus naturel et un effet organique qui sert également d’écran pour plus d’intimité.

Articles similaires

co. Cable Organizer, comment un rhume a aidé à résoudre l’organisation des câbles

son câble de chargeur de téléphone s'était enroulé autour d'un emballage de pastilles contre le mal de gorge

4PM lounge chair, chaise longue minimaliste en bois

une chaise longue minimaliste, fabriquée à partir de bois laminé qui offre un confort optimal sans avoir besoin de rembourrage.

Éternel, une collection alliant gravité et esthétique

Lorsque De Cotiis utilise de l'aluminium, on dirait qu'il a été extrait du sol, fondu et coulé - il transporte presque l'odeur des vapeurs de carbone